Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Deux conseillers financiers sur trois veulent revoir l'allocation traditionnelle

Newsmanagers31/10/2013 à 15:30

(NEWSManagers.com) - Les conseillers français sont particulièrement intéressés par la découverte d'une nouvelle approche de construction de portefeuille, selon une enquête réalisée par Natixis Global Asset Management entre août et septembre auprès d'un panel de 1 300 conseillers financiers dont 150 en France.

Les conseillers sont très ouverts à l'idée d'utiliser de nouvelles méthodes afin d'apporter aux investisseurs une diversification appropriée au sein de leurs portefeuilles. Presque deux tiers (64,7 %) des conseillers français reconnaissent que pour la plupart des investisseurs, l'allocation traditionnelle 60 % actions / 40 % obligations n'est plus appropriée pour obtenir des performances et gérer le risque (49 % dans les autres pays).

Deux tiers (67,4 %) admettent également que les conseillers financiers doivent remplacer les techniques traditionnelles de diversification et de construction de portefeuille par de nouvelles méthodes (contre 58,5 % dans les autres pays). " Cela doit absolument passer par des formations et de l'accompagnement des conseillers financiers. C'est dans cette optique que nous avons mis en place notre approche Durable Portfolio Construction, afin de les aider à construire des portefeuilles capables de résister et de s'adapter aux évolutions imprévisibles des conditions de marchés " , indique Christophe Point, directeur de Natixis Global AM en France. " Cette démarche rencontre un vif intérêt, notamment en France : quatre conseillers sur cinq (80 %) pensent qu'ils ont besoin de plus d'accompagnement sur la construction de portefeuille pour leurs clients. " Enfin, les placements dits " alternatifs " sont encore trop peu exploités en tant que nouvelles stratégies d'investissement.

Les conseillers français sont 61,3 % à avoir déjà évoqué le sujet des placements dits " alternatifs" avec leurs clients (72,6 % dans les autres pays). Et même si quatre conseillers sur cinq (79,4 %) estiment en posséder une bonne connaissance, ils pensent toutefois que moins d'un client sur six (16,7 %) possède une bonne compréhension de l'univers des investissements décorrélés (contre 34,2 % dans les autres pays). Lors de la dernière étude Natixis Global AM sur les investisseurs particuliers, 85% des sondés se disaient prêts à en apprendre davantage sur les placements ou stratégies dits décorrélés avant d'y investir. " Ici encore le besoin d'information des particuliers se fait particulièrement sentir car ils sont 65 % à déclarer pouvoir envisager d'investir dans ces produits/stratégies si leur conseiller le leur recommandait " , ajoute Christophe Point.

Selon l'enquête, l'offre des conseillers financiers français est structurée autour de trois piliers majeurs : la pédagogie auprès des clients sur les approches d'investissement (26,7 % des conseillers l'ont désignée comme principale force), la compréhension de la tolérance au risque de leurs clients (21,3 %) et la préparation aux besoins de financements liés à la retraite (15,3 %). 63,3 % des conseillers français pensent que ces trois éléments forment le socle principal de leur fonction. " Au niveau mondial, parmi les atouts les plus fréquemment choisis par les conseillers, on retrouve également la construction de portefeuille en fonction du profil rendement/risque du client" , souligne Christophe Point.

Générer du revenu, accorder la priorité à la gestion du risque et minimiser l'impact de la volatilité des marchés sont les principales préoccupations des conseillers français lorsqu'ils choisissent un produit pour leurs clients. 87,3 % des conseillers interrogés cherchent à générer un rendement, 73 % disent rechercher des solutions de gestion du risque, et 69 % s'attachent à gérer la volatilité. En outre, les conseillers français sont confiants dans leur capacité à fournir un revenu suffisant à leurs clients à la retraite, et seuls 30,7 % d'entre eux laissent entendre qu'ils auront des difficultés à le faire (contre 46 % dans le reste du monde). 38 % sont très confiants dans la capacité des portefeuilles de leurs clients à offrir un revenu régulier aux clients en retraite en 2013 (contre 27,6 % dans les autres pays). " En tant que gestionnaire d'actifs, notre défi est de proposer des solutions d'investissement plus durables quel que soit l'objectif de nos clients : faire fructifier un capital, diversifier le risque ou préserver un patrimoine" , note Christophe Point.


Mes listes

valeur

dernier

var.

2.705 +0.05%
5391.64 +0.21%
87.8 +1.74%
0.21 +3.96%
180.24 +1.29%
21 +1.50%
16 +8.11%
1.266 +0.26%
27.7 -1.07%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.