1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dette mondiale: un risque de liquidité plus que de contagion
Reuters12/03/2019 à 11:53

DETTE MONDIALE: UN RISQUE DE LIQUIDITÉ PLUS QUE DE CONTAGION

PARIS (Reuters) - La dette mondiale est plus élevée et plus risquée qu'avant la grande crise financière de 2008 mais le risque de contagion est plus faible, selon une étude publiée mardi par l'agence de notation Standard & Poor's qui met en garde contre la dégradation du risque de crédit, la moindre liquidité de titres de dette et la diminution de la protection des investisseurs.

L'endettement mondial a augmenté d'environ 50% depuis la grande crise financière et le ratio dette mondiale/PIB dépasse 230% contre 208% en 2008.

"L'endettement mondial est certainement plus élevé et plus risqué aujourd'hui qu'il y a dix ans", résume Terry Chan, analyste crédit chez S&P et l'un des auteurs de l'étude. "Bien qu'une nouvelle contraction du crédit semble inévitable, nous ne pensons pas qu'elle sera aussi grave que la crise financière mondiale de 2008-2009."

La montée de l'endettement au cours des dix dernières années a principalement été le fait des Etats des économies avancées et des entreprises chinoises.

Les Etats des économies avancées ont accru leur endettement de 19.100 milliards de dollars dont 10.600 milliards pour les seuls Etats-Unis et 2.800 milliards pour les Etats-membres de la zone euro.

L'endettement des entreprises a surtout augmenté dans les pays émergents en particulier la Chine où il a bondi des deux tiers pour atteindre 155% du PIB.

Dans l'ensemble, les ménages se sont plutôt désendettés, leur stock de dette représentant 59% du PIB mondial contre 65% en 2008. Leur endettement a baissé aux Etats-Unis et en zone euro mais augmenté en Chine.

L'effet de levier au sein du secteur financier a diminué globalement avec d'importantes réductions aux Etats-Unis, une augmentation marginale au sein de la zone euro mais une nette progression là encore en Chine, à partir toutefois d'une base plus faible.

Les sources de la hausse de l'endettement mondial rendent toutefois le risque de contagion d'une éventuelle crise de la dette plus faible qu'il y a dix ans, estiment les analystes de S&P.

Ils soulignent la confiance des investisseurs dans la dette souveraine de pays avancés en devises fortes et notent que la dette des entreprises chinoises est principalement domestique tandis que Pékin "a les moyens et les motivations d'éviter des défauts massifs."

L'agence de notation relève toutefois qu'à la faveur de la faiblesse généralisée des rendements, les investisseurs se sont tournés vers des produits de dette dont les marchés sont potentiellement moins liquides et plus volatils.

Sur près de 12.000 entreprises suivies par S&P, 61% ont un profil financier "agressif" correspondant à un niveau de levier élevé contre 58% dix ans auparavant, une augmentation largement imputable aux entreprises chinoises.

L'agence de notation constate que le risque de crédit s'est détérioré au niveau mondial, y compris au sein de la catégorie dite d'investissement où les notations sont beaucoup plus concentrées en catégorie "BBB" qu'il y a dix ans.

Elle note aussi le développement des produits à effet de levier comme les dérivés, certains types de fonds indiciels cotés, de financements d'infrastructures ou de dettes privées.

Contrepartie de la course aux rendements des investisseurs, "environ 80% des prêts à effet de levier sont assortis de 'covenant light' (protection allégée) contre 15% il y a dix ans."

Enfin, les analystes de S&P préviennent que le risque de défaut, plutôt faible ces dernières années, pourrait repartir à la hausse sous l'effet d'un renchérissement des coûts de financement et du ralentissement de la croissance mondiale.

Ils accordent désormais une probabilité de 20% à 25% au risque d'une récession aux Etats-Unis contre 15% à 20% l'année dernière.

(Marc Joanny, édité par Blandine Hénault)

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 12/03/2019 à 11:53:37.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer