Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dette de la France : Manuel Valls attendu au tournant par Bruxelles

Boursorama01/04/2014 à 20:10

A la mi-avril, la France doit présenter sa feuille de route budgétaire à la Commission européenne.

Alors que Manuel Valls prend les rênes du gouvernement, Bruxelles demande à la France de faire des efforts pour réduire son déficit. Une mission qui s'annonce particulièrement compliquée après la divulgation des derniers chiffres de l'Insee.

Jusqu'à sa démission lundi 31 mars, Jean-Marc Ayrault aura bu le calice jusqu'à la lie. Au lendemain d'élections municipales désastreuses pour la majorité, le chef du gouvernement n'aura pas réussi à convaincre François Hollande de le maintenir à son poste. Outre le désaveu électoral infligé par les Français, le Premier ministre sortant quitte Matignon sur un double échec. Non seulement, la courbe du chômage ne s'est toujours pas inversée (chômage en hausse de 0,9% en février) mais la dette publique a continué d'augmenter plus rapidement qu'attendu. Lundi, l'Insee nous apprenait ainsi que le déficit public avait atteint 4,3% en 2013 et non 4,1% comme le prévoyait le gouvernement. Résultat, la dette a encore progressé de 13,4 milliards d'euros au cours du quatrième trimestre 2013 pour atteindre 1.925 milliards d'euros, soit 93,5% du PIB (vs. 90,6% en 2012).

Bercy a réagi en soulignant que le déficit public avait continué de diminuer en 2013 (5,3% en 2011, 4,8% en 2012 et 4,3% l'an dernier) malgré une conjoncture défavorable qui a pesé sur les recettes fiscales à hauteur de 1,5 point de PIB, évoquant « un effort inédit » de rétablissement des comptes publics. Il est vrai que l'atonie de la croissance a pénalisé le volet recettes alors que le programme de maîtrise des dépenses a été globalement tenu par le gouvernement. «  Hors soutien financier aux Etats européens et financement de la capitalisation du Mécanisme européen de stabilité, le ratio de dette s'élève à 90,4%, en ligne avec la prévision du gouvernement » précise même le dernier communiqué conjoint de Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve.

Dès lors, le nouveau « gouvernement de combat » dirigé par Manuel Valls aura fort à faire pour tenir ses engagements européens. Le sursis de deux ans accordé à la France en mai 2013 pour revenir à un déficit annuel de 3% se termine l'an prochain et l'exécutif français va devoir présenter sa feuille de route en vue de tenir cet objectif d'ici 2017. A la mi-avril, le gouvernement doit en effet remettre sa copie à la Commission européenne et il n'est pas sûr qu'il obtienne à nouveau un sursis même si cette éventualité reste en suspens. C'est dans ce contexte que Manuel Valls va devoir engager le pacte de responsabilité promis par François Hollande. En contrepartie d'un allègement de la fiscalité pour les entreprises (qui doivent de leur côté relancer les embauches !) et de la fiscalité pour les ménages promis par François Hollande, l'Etat va devoir réduire ses dépenses de 50 milliards d'euros sur la période 2015-2017. Reste encore à connaître les détails du plan et un calendrier précis. C'est sur ce terrain que la Commission européenne, les marchés et les agences de notations attendent le nouveau Premier ministre. Dans un climat politique et social plus tendu que jamais, l'équation va s'avérer particulièrement complexe à résoudre pour le nouveau gouvernement.

J.G

Pour consulter la dernière note de conjoncture de l'Insee sur la dette publique :

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.185 0.00%
26.1 -1.36%
0.879 -0.14%
1923.5 +0.79%
28.02 +5.66%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.