Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des syndicats de chauffeurs VTC appellent au boycott d'Uber

Reuters04/04/2017 à 13:35

DES SYNDICATS DE CHAUFFEURS VTC APPELLENT AU BOYCOTT D'UBER

PARIS (Reuters) - Trois syndicats de chauffeurs VTC ont lancé mardi une pétition et appelé les clients d'Uber à boycotter la plateforme américaine de réservation de voitures afin de provoquer "un sursaut de conscience" de la société à l'heure où les négociations de sortie de crise sont dans l'impasse.

Les associations et syndicats de VTC (voitures de transport avec chauffeurs) dénoncent depuis plusieurs mois la politique tarifaire des plateformes numériques avec lesquelles ils collaborent, au premier rang desquelles Uber.

"Lorsqu'un client utilise les services d'Uber, il valide un modèle économique ne permettant pas aux chauffeurs de gagner leur vie sans une durée du travail démesurée mettant en danger les chauffeurs et leurs clients", écrit l'intersyndicale (CFDT VTC/Loti - ACTIF VTC - UDCF) dans un communiqué.

"Chaque citoyen est appelé à signer cette pétition et à boycotter la plateforme Uber tant que cette société n'aura pas, par une négociation, répondu aux revendications des chauffeurs, afin qu'ils puissent gagner dignement leur vie", ajoute-t-elle.

Les VTC visent Uber, qui a annoncé en décembre sous la pression la création d'un fonds de deux millions d'euros destiné à aider les chauffeurs en difficulté tout en refusant de baisser ses commissions de 25 à 20%.

Face à une série de manifestations et d'actions coups-de-poings, un médiateur, Jacques Rapoport, a été nommé par le gouvernement pour tenter de débloquer la situation.

Mais pour l'intersyndicale, "l'immaturité" de la plateforme Uber n'a "permis aucune avancée concrète pour les chauffeurs".

"Les décisions prises unilatéralement par Uber, qu'elles concernent les tarifications appliquées mais aussi le processus de déconnexion, ont propulsé le client comme l'acteur exclusif et dominant d'une économie se jouant à trois", estime-t-elle.

PRUDENCE

A l'issue d'une rencontre mardi matin entre le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies et le directeur Europe de l'Ouest d'Uber, Thibaud Simphal, la société américaine a assuré que les engagements pris au terme de la médiation étaient et seraient tenus.

"Nous voulons continuer les discussions sur les leviers susceptibles de soutenir le revenu des chauffeurs", a dit un porte-parole dans une déclaration transmise à Reuters.

"Nous apporterons notre contribution à toute réflexion technique et juridique sur la question des tarifs", a-t-il ajouté. "Mais rappelons que tout changement sur les prix ne pourra être fait qu'avec une grande prudence, car s'il a pour conséquence que les passagers se détournent de l'offre, les dizaines de milliers de chauffeurs qui utilisent la plateforme pour gagner leur vie seront les premiers perdants".

Concernant spécifiquement le dispositif d'urgence mis en place pour apporter une aide professionnelle, technique et financière aux chauffeurs en difficulté, les "choses avancent", souligne également le groupe, et il devrait être ouvert "très prochainement" à l'ensemble des chauffeurs utilisant l'application.

(Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.