Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des mails publiés par Trump Jr évoquent l'appui de Moscou à son père

Reuters12/07/2017 à 01:46
    * Rencontre entre Trump Jr et une juriste russe le 9 juin 
2016 
    * Elle a eu lieu pendant la campagne présidentielle US 
    * Elle a été proposée par un intermédiaire, Rob Goldstone 
    * Trump Jr publie un échange de mails à ce sujet sur Twitter 
    * Le soutien de la Russie au candidat Trump y est évoqué 
    * Trump Jr affirme de pas avoir prévenu son père de la 
réunion 
    * Voir : http://bit.ly/2uapeCK et http://bit.ly/2ua9hwg 
 
 (Actualisé avec déclaration de Trump Jr) 
    par Doina Chiacu et Arshad Mohammed 
    WASHINGTON, 12 juillet (Reuters) - Le fils aîné de Donald 
Trump a accepté de rencontrer une femme présentée comme une 
avocate du gouvernement russe susceptible d'avoir des 
informations pouvant nuire à la démocrate Hillary Clinton dans 
le cadre "du soutien de la Russie" à son père, selon un échange 
d'emails publiés mardi. 
    Cette correspondance, que Donald Trump Jr a publiée sur 
Twitter, a eu lieu entre lui et Rob Goldstone, un intermédiaire 
britannique qui a permis d'arranger la réunion avec Natalia 
Vesselnitskaïa, le 9 juin 2016. Celle-ci dit être une avocate 
privée sans lien avec le Kremlin. 
    Donald Trump Jr affirme ne pas avoir prévenu son père de 
cette rencontre, à laquelle le beau-fils du candidat républicain 
et actuel conseiller à la Maison blanche, Jared Kushner, et 
celui qui était à l'époque son directeur de campagne, Paul 
Manafort, un homme réputé proche de Moscou, devaient pourtant 
participer, à en croire l'échange d'emails. 
    "Rétrospectivement, j'aurais probablement agi de manière un 
peu différente", a déclaré Trump Jr à Fox News, présentant sa 
démarche comme une "recherche d'informations". 
     Le contenu des mails publiés mardi, où il est question "du 
soutien de la Russie et de son gouvernement à M. Trump", 
pourrait quoiqu'il en soit donner de nouveaux éléments aux 
différentes équipes d'enquêteurs qui cherchent à déterminer s'il 
y a eu collusion l'an dernier entre le Kremlin et l'équipe de 
campagne du candidat républicain. 
    Les services secrets américains ont pour leur part conclu 
dans un rapport que Moscou avaient cherché à nuire à Hillary 
Clinton et à aider Trump lors de la campagne de 2016. 
    "Le procureur de la Couronne de Russie (...) a proposé de 
fournir à l'équipe de campagne de Trump des documents officiels 
et des informations incriminant Hillary et ses tractations avec 
la Russie, informations qui seraient très utiles à votre père", 
lit-on dans un courriel du 3 juin 2016, adressé à Donald Trump 
Jr par Rob Goldstone, un agent publicitaire britannique. 
    "Il s'agit de toute évidence d'informations de très haut 
niveau, sensibles, mais elles découlent du soutien de la Russie 
et de son gouvernement à M. Trump", ajoute-t-il.     
     
    "TOTALEMENT TRANSPARENT" 
    "Si c'est bien ce que vous dites, j'adorerais, 
particulièrement dans le courant de l'été", a notamment répondu 
Donald Trump Jr. 
    Cette correspondance comprend au moins une erreur. La 
Russie, qui n'est plus une monarchie depuis un siècle, n'a pas 
de "procureur de la Couronne" mais un procureur général.     
Contacté, un porte-parole de ce dernier a refusé de répondre. 
    La porte-parole de la Maison blanche, Sarah Sanders, a 
déclaré à la presse que le président avait salué la décision de 
son fils aîné et le considérait comme une "personne de grande 
qualité". Elle a renvoyé toutes les questions sur cette affaire 
aux avocats du président et de son fils. 
    Selon le New York Times, qui a révélé ce week-end 
l'information sur la réunion avec l'avocate, Trump Jr avait 
publié les mails sur Twitter après avoir appris que le quotidien 
était sur le point de publier leur contenu. Il aurait préféré 
agir ainsi plutôt que de répondre au journal qui cherchait à 
recueillir ses commentaires. 
    Dans un communiqué accompagnant les emails, Trump Jr. dit 
les publier "afin d'être totalement transparent". Il minimise 
également la rencontre, en disant que l'avocate russe "n'avait 
pas d'information à donner". 
    A la place, précise-t-il, elle voulait discuter du problème 
de l'adoption et de la loi Magnitsky, une loi américaine qui 
sanctionne les responsables russes liés aux violations de droits 
de l'homme. Après le vote de cette loi par le Congrès américain 
en 2012, le président russe Vladimir Poutine a interdit 
l'adoption d'enfants russes par des Américains. 
     
    "EXPLOSIFS" 
    La diffusion de ces courriels a un moment déstabilisé les 
marchés financiers américains et suscité des réactions négatives 
tant chez les démocrates que les républicains.  
    "Ces emails sont explosifs", a déclaré le colistier 
d'Hillary Clinton pour la vice-présidence dans la campagne de 
2016, le sénateur Tim Kaine. Les proches de Donald Trump 
auraient dû signaler les avances de la Russie aux services 
judiciaires plutôt que d'aller à cette réunion, a ajouté Tim 
Kaine qui s'exprimait sur MSNBC. 
    Pour le sénateur républicain Lindsey Graham, ces emails sont 
"très problématiques". "Nous ne pouvons autoriser des 
gouvernements étrangers à entrer en contact avec les équipes de 
campagne et dire : 'nous voudrions vous aider'", a déclaré le 
sénateur. "Ce n'est pas envisageable". 
    Les experts juridiques sont divisés sur le fait de savoir si 
la participation de Donald Trump Jr à la réunion avec l'avocate 
russe pourrait engager sa responsabilité pénale. 
    Plusieurs juristes estiment que la rencontre avec l'avocate 
pourrait être contraire à la législation en matière électorale 
qui interdit aux équipes de campagne d'accepter des dons ou des 
objets de valeur de la part de ressortissants étrangers. 
    Moscou a démenti toute ingérence dans la campagne 
présidentielle de 2016 et Donald Trump a affirmé qu'il n'y avait 
pas eu collusion entre son équipe et la Russie. 
    Plusieurs enquêtes sont en cours sur le sujet, notamment une 
menée par un procureur spécial nommé pour cette affaire, 
l'ancien directeur du FBI Robert Mueller, et deux autres menées 
par les deux commissions du renseignement de la Chambre des 
représentants et du Sénat. 
    De source proche du Sénat, on déclarait mardi que la 
commission des renseignements de la chambre haute souhaitait 
entendre Donald Trump Jr et lui demandait de fournir certains 
documents. 
 
 (Doina Chiacu, Susan Heavey, Arshad Mohamed et Warren Stobel 
avec Maria Tsvetkova, Denis Pinchuk et Svetlana Reiter à Moscou, 
Mark Hosenball à Londres et Lindsey Kortyka à New York; Eric 
Faye, Danielle Rouquié et Tangi Salaün pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.