Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Des industriels appellent à une véritable Europe de l'énergie

Reuters 21/05/2013 à 15:56

LES INDUSTRIELS DU SECTEUR DE L'ÉNERGIE DEMANDENT UNE VÉRITABLE POLITIQUE EUROPÉENNE

PARIS (Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne doivent s'engager sur la voie d'une politique énergétique commune jusqu'ici insuffisante, ont estimé mardi dans la presse le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet et le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger.

A la veille d'un sommet européen largement consacré à l'énergie, Gérard Mestrallet a lancé un "appel solennel" aux côtés de sept autres producteurs européens de gaz et d'électricité, parmi lesquels les allemands EON et RWE, l'italien Enel et l'espagnol Iberdrola, en évoquant "une balkanisation de l'Europe de l'énergie".

"La politique européenne (...) avait un triple but: lutter contre le réchauffement climatique, améliorer la compétitivité et assurer la sécurité d'approvisionnement du continent. Or, sur ces trois volets, c'est l'échec", a-t-il estimé lors d'un entretien publié par Le Monde.

"Nous ne demandons pas des subventions, mais de la visibilité, des règles stables et homogènes en Europe, des objectifs quantifiés jusqu'en 2030 en matière de lutte contre le réchauffement climatique", a-t-il ajouté, jugeant également que "le risque de black-out n'a (jamais) été aussi fort qu'aujourd'hui".

Le PDG demande notamment un système coordonné de rémunération des centrales à gaz, alors que GDF Suez est contraint d'en fermer certaines, en Europe, qui subissent la concurrence d'unités fonctionnant au charbon.

Günther Oettinger a de son côté déclaré lors d'une interview publiée par le quotidien Les Echos qu'il attendait "un signal politique clair des chefs d'Etat et de gouvernement pour européaniser la politique de l'énergie".

"Tandis que les Etats-Unis sont en train de devenir autosuffisants et même exportateurs de gaz et bénéficient des prix jusqu'à quatre fois inférieurs à ceux payés en Europe, l'Union est de plus en plus dépendante", a-t-il souligné.

"Il faut anticiper le problème de compétitivité que cela va créer. Il est question à terme de la survie des industries les plus consommatrices d'énergie en Europe."

Le commissaire à l'Energie a estimé à ce titre qu'il fallait laisser les pays qui le souhaitent, comme la Grande-Bretagne ou la Pologne, développer des projets pilotes en matière de gaz de schiste.

Günther Oettinger a également constaté de "nets progrès" dans la transposition en droit national des textes visant à créer un marché intérieur unique de l'énergie, jugeant toutefois nécessaire d'aller plus loin.

"Dans un tiers des pays, la dérégulation fonctionne pour le gaz et l'électricité, huit Etats maintiennent une régulation des prix de détail, ce qui est acceptable faute de concurrence suffisante", a-t-il observé. "Et nous estimons qu'il reste encore des règles superflues, qui étouffent la concurrence dans un tiers des pays."

Benjamin Mallet et Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

9.335 +2.02%
51.18 +0.37%
5379.65 +0.65%
12.635 +0.24%
1223.81 +1.32%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.