Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des économistes de Harvard admettent des erreurs sur l'austérité

Reuters18/04/2013 à 11:51

WASHINGTON (Reuters) - Les deux économistes de Harvard qui ont publié une étude souvent citée par les responsables politiques à travers le monde occidental pour justifier des mesures d'austérité ont admis que leurs travaux contenaient des erreurs, tout en estimant que le "message central" de leur recherche était toujours valide.

Dans cette étude publiée en 2010, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff sont parvenus à la conclusion que la croissance économique dans l'histoire moderne ralentissait brutalement quand l'endettement d'un pays dépassait l'équivalent de 90% de son produit intérieur brut (PIB).

Mais dans un autre étude rendue publique plus tôt cette semaine, des chercheurs à l'Université du Massachussets à Amherst ont montré que des erreurs de codage de tableurs avaient émaillé les travaux des économistes d'Harvard.

Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ont souligné que ces erreurs étaient des accidents.

"Cela donne à réfléchir de voir qu'une telle erreur s'est glissée dans nos documents malgré nos efforts pour être toujours attentifs", ont-ils dit dans un communiqué.

L'étude des chercheurs de l'Université du Massachussets, Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin, remettent en cause l'une des conclusions des travaux des économistes de Harvard les plus fréquemment citées par les tenants de l'austérité aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et dans l'Union européenne.

Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff avaient en effet calculé que l'activité économique d'un pays se contractait de 0,1% dès lors que son endettement dépassait le niveau de 90% du PIB.

Or, selon l'étude de Thomas Herndon, Michael Ash et Robert Pollin, les pays très lourdement endettés enregistrent une croissance annuelle moyenne de 2,2%.

Ceci étant dit, les deux études se rejoignent sur un point : plus un pays est endetté et moins sa croissance est soutenue.

Bon nombre d'économistes et de responsables politiques ne sont donc de ce fait guère susceptibles de remettre en cause le message principal des économistes de Harvard, à savoir qu'un endettement élevé rend la croissance problématique.

Les responsables financiers des pays du G20 étudieront la semaine prochaine à Washington une proposition visant à ramener à terme leur dette bien en-dessous de 90% du produit intérieur brut (PIB), montre ainsi un document préparé en vue de la réunion.

"La barre de 90% me semble un bon point de référence", a dit à Reuters Olivier Blanchard, économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI).

Il a ajouté que les travaux de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff avaient été "extrêmement utiles", tout en concédant qu'on pouvait encore se demander si une dette élevée était vraiment la cause d'une moindre croissance.

Il se pourrait également qu'une faible hausse du PIB mène à un endettement élevé. "Il y a toute une série de questions de causalité", a ajouté Olivier Blanchard.

Tout en déplorant les erreurs de leurs tableurs, les économistes de Harvard ont estimé qu'elles ne modifiaient pas le message de leurs travaux.

"En aucune manière (...) nous ne pensons que cette regrettable bévue n'affecte de manière significative le message central de notre étude", déclarent-ils.

Jason Lange, Benoît Van Overstraeten pour le service français

Mes listes

valeur

dernier

var.

1.153 +0.19%
1.165 +0.37%
136.45 +3.14%
1.98 0.00%
99.8 +0.83%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.