1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des centaines de milliers de manifestants à Alger
Reuters03/05/2019 à 18:36

 (.)
    ALGER, 3 mai (Reuters) - Plusieurs centaines de milliers de
manifestants, réclamant le départ de l'élite au pouvoir en
Algérie, ont manifesté dans le centre de la capitale Alger, pour
le onzième vendredi consécutif, en scandant "Nous ne nous
tairons pas!", ont rapporté des témoins.
    Le président Abdelaziz Bouteflika a démissionné voici un
mois, après avoir passé vingt ans à la tête du pays, cédant aux
pressions de l'armée après des semaines de manifestations de rue
en faveur du changement.
    Les contestataires poursuivent néanmoins leur mouvement en
réclamant le départ de l'élite qui dirige le pays depuis
l'indépendance en 1962.
    Bouteflika a été remplacé par Abdelkader Bensalah, président
de la chambre haute du parlement, qui assume l'intérim à la tête
du pays pour une durée de 90 jours, jusqu'à la tenue de
l'élection présidentielle fixée au 4 juillet.
    Les manifestants demandent à Abdelkader Bensalah, tout comme
au Premier ministre Noureddine Bedoui, nommé par Bouteflika
quelques jours avant sa démission, de quitter le pouvoir.
    "Vous devez partir!", "Bandits, vous avez détruit le pays!",
lisait-on vendredi sur les banderoles des manifestants, qui
scandaient des slogans en faveur d'une "Algérie, libre et
démocratique!". Les autorités n'ont pas communiqué de chiffres
concernant le nombre de participants, évalué dans l'après-midi à
plusieurs centaines de milliers par un journaliste de Reuters,
comme la semaine dernière.

 (Hamid Ould Ahmed; Eric Faye pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer