Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dépenses publiques : là où il y a vraiment du gras

Le Point23/07/2014 à 09:28

L'efficacité des dépenses d'éducation dans le secondaire pourrait être améliorée.

Comment réduire efficacement les dépenses publiques ? La question est au centre de la stratégie budgétaire de la France depuis que François Hollande et son Premier ministre Manuel Valls se sont engagés à trouver 50 milliards d'économies en trois ans. Avec un taux de dépenses publiques de 57,1 % du PIB en 2013, la France est un des pays dont les administrations publiques (État, collectivités locales et administrations de Sécurité sociale) dépensent le plus en proportion de la richesse annuelle créée. Une fois exclus les intérêts de la dette versés chaque année à ses créanciers, Paris a dépensé en 2012 12 points de PIB de plus que l'Allemagne et 7 points de plus que la moyenne des pays de la zone euro, ce qui la classe en troisième position dans l'Europe des vingt-sept pour son niveau de dépenses.

Des chiffres qui ont conduit François Hollande lui-même à s'interroger fin 2012, lors de la première conférence de presse du quinquennat : "Est-ce qu'on vit mieux avec 57 % de produit intérieur brut (PIB) de dépenses publiques, alors que c'était 52 % il y a cinq ans ? Bénéficions-nous pour autant de meilleures prestations ?"

Améliorer l'efficacité des dépenses publiques

Encore faut-il savoir dans quels secteurs les marges de manoeuvre existent. Une étude* de France Stratégie (le commissariat à la stratégie et à la prospective dirigé par Jean Pisani-Ferry, au service du gouvernement), dévoilée mardi par Les Échos (article...

Lire la suite sur Le Point.fr

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    01 août15:49

    Les politicards mafieux bâtisseurs de rentes ont pris le contrôle de l’Etat depuis 1974, ne cessant de se renforcer. Pas un membre du Gvt n’a exercé d’activité dans le privé et JAMAIS pris le moindre risque. Ces Rentiers mafieux sont au Pouvoir ; pas d’Etat pour l’intérêt général, juste un instrument de contrainte pour dépouiller légalement le privé au profit de leurs intérêts sectoriels ou syndicaux représentés par nos « nouveaux » rentiers- mafieux…

    Signaler un abus

  • j.sallio
    27 juillet23:20

    C'est bizarre l'affaire "Fabius" a été enterrée sur l'histoire De la chambre de bonne de son fils. Mais, il doit y avoir des affairesqu'il faut passer sous silence. Comme la non divulgation de la liste noire des évadés fiscaux. Trop de personnes à protéger.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    27 juillet23:16

    La France garantit de l'emploi à coup d'emprunts pour payerces futurs emplois. Des fonctionnaires qui ne connaissent pasla crise ni le soucis de la rentabilité, pendant que les entreprises françaises ne cessent de déposer le bilan. Nos trop payés deministres se targuent de redresser la barre et affichent un sourire radieux. Et oui ils ont encore 3 ans devant eux à se gaver sur le dos des contribuables.

    Signaler un abus

  • frk987
    23 juillet10:13

    Allons Pallach, ce n'est pas un problème d'enseignants mais un problème de NON sélection. Comment peut-on arriver au stade où 9 bacheliers sur 10 font une faute d'orthographe par mot et sont incapables de résoudre un problème de robinet.

    Signaler un abus

  • 445566ZM
    23 juillet10:12

    Dépenses publiques c'est environ 380 milliards par an, les revenus 300 milliards, donc 80 mds de déficit chaque année. Un fonctionnaire sur quatre est payé à crédit. Le système risque d'être enseveli par le service de la dette. Si les taux montent il faudra trouver 1 à 2 milliards de plus chaque mois. Une panique.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.