Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Delta Air Lines : Berenberg passe à l’Achat
information fournie par AOF25/01/2022 à 10:30

(AOF) - Berenberg a relevé sa recommandation de Conserver à Acheter sur le titre Delta Air Lines, tout en augmentant son objectif de cours de 48 à 50 dollars. Le broker estime que la valeur est une façon attractive de jouer la reprise des compagnies aériennes américaines.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Transport aérien : une reprise très progressive

Si la reprise du transport aérien se profile, l'association du transport aérien international (IATA) a revu à la baisse ses prévisions de trafic pour 2021. En 2021, le trafic aérien devrait représenter 43% de son niveau d'avant le Covid-19, selon la dernière prévision de l'IATA, qui tablait auparavant sur 51%. Toutes les compagnies ne bénéficieront pas de la même façon de la reprise.

Amélioration progressive

L'IATA évalue les pertes pour l'industrie à 47,7 milliards de dollars cette année contre 126,4 milliards de dollars en 2020. Le nombre total de passagers devrait atteindre 2,4 milliards en 2021, bien en deçà des 4,5 milliards de 2019.

La crise sanitaire a eu un impact très important sur les comptes des aéroports européens, qui ont perdu 70% de leur trafic en 2020. Ils ont perdu 60% de leurs revenus, soit 29,2 milliards d'euros. Contrairement aux compagnies aériennes, ils n'ont que très peu bénéficié de l'aide des Etats. Les aides ont atteint 2,17 milliards d'euros, contre plus de 34 milliards pour les transporteurs. Compte tenu de la lenteur de la reprise, les grands aéroports européens ne retrouveront pas leur capacité d'investissements normale avant 2032. D’après l'Association des aéroports européens (ACI Europe), le trafic ne reviendra pas à son niveau de 2019 avant 2024 ou 2025. Durant cette période de reprise, la pression sur les coûts restera élevée du fait des mesures sanitaires et de certaines dispositions réglementaires.

Impact sur le voyage d’affaires

Les experts estiment que ce sont les compagnies low-cost, centrées sur la clientèle de loisirs, qui bénéficieront le plus de la reprise. Elles sont plus flexibles et moins dépendantes de la réouverture des lignes internationales et du retour de la clientèle d’affaires. L’activité de tourisme d'affaires a subi un effondrement de son activité mais elle est surtout confrontée à une redéfinition complète de son modèle avec l’essor des solutions virtuelles et leur faible coût. Cette baisse structurelle des voyages d'affaire va avoir de fortes retombées sur les compagnies aériennes. Selon les experts, si 25% des billets sur un vol sont achetés dans le cadre de déplacements professionnels, ils génèrent 55% à 75% des profits des transporteurs aériens.

Valeurs associées

NYSE +5.32%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 25/01/2022 à 10:30:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.