Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Dékuple bien orienté après un bon début d'année
information fournie par AOF30/05/2022 à 11:46

(AOF) - Dékuple progresse de 5,68% à 33,50 euros à la faveur d’un premier trimestre dynamique. Le spécialiste du data marketing cross-canal a enregistré sur les trois premiers mois de l’année, un chiffre d’affaires de 45,9 millions d'euros en croissance de 21,6 %. La marge brute s’établit à 36,7 millions d'euros et progresse de 14,1 %.

Le chiffre d'affaires avait augmenté de 17,9% sur l'ensemble de l'année 2021 et la marge brute de 12,8%. Le résultat opérationnel avait pour sa part progressé de 59,2% à 14,8 millions d'euros, soit 11% de la marge brute contre 7,8 % en 2020.

Dékuple a salué la forte croissance des activités de marketing digital : + 53 % à 23,2 millions d'euros au premier trimestre. La marge brute de cette activité s'est établie à 13,9 millions d'euros, en progression de 47 %. Elles représentent désormais la moitié du chiffre d'affaires réalisé par le groupe.

Conformément à " Ambition 2025 ", Dékuple maintient le cap de sa stratégie d'expansion visant à devenir " un leader européen du data marketing ".

Dékuple souligne que ses " solides ressources financières lui permettent notamment de soutenir une croissance offensive dans le marketing digital afin d'y renforcer ses positions, tout en poursuivant ses investissements commerciaux dans ses activités à portefeuille génératrices de revenus récurrents ".

" Nos performances sur ce trimestre démontrent la résilience de Dékuple face aux incertitudes économiques actuelles et nous sommes confiants dans notre capacité à réaliser, en 2022, une nouvelle année de forte croissance " a déclaré le PDG, Bertrand Laurioz.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Médias : Disparition progressive de la presse gratuite et m utations de la presse régionale

La pandémie a lourdement affecté la presse gratuite, déjà en difficultés. Le premier titre à s’effondrer a été le quotidien Metro, qui a cessé sa parution en 2015. La crise sanitaire a entraîné une chute des dépenses publicitaires pendant plusieurs mois alors que le modèle économique de ces titres repose intégralement sur les recettes publicitaires. De plus, la désaffection des transports en commun, la généralisation du télétravail dans les entreprises ont encore renforcé le contexte défavorable. D’après les données de l'ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias), la presse gratuite d'information a connu une chute de sa diffusion de 54,3% en 2020, comparée à l'année 2019. Le seul rescapé est désormais le journal 20 Minutes (créé en 2002). Depuis le mois de juin 2021, son édition papier est distribuée trois jours par semaine. Après une chute de 38% de son chiffre d'affaires en 2020, il mise sur le numérique pour rebondir.

Quant à la PQR (presse quotidienne régionale), elle multiplie les initiatives pour doper l'abonnement numérique, après avoir longtemps été épargnée par la crise de la diffusion de la presse grâce aux abonnements. D'après l'Observatoire de l'ACPM, la part des versions numériques sur internet (individuelles et par tiers) représente 57,3% de la diffusion de la presse quotidienne nationale, mais n'atteint que 10% pour les quotidiens régionaux. Pour fidéliser l'abonné numérique, plus volatil que celui du papier, les quotidiens régionaux élargissent leur offre de contenu. Ainsi cinq éditeurs (« Le Télégramme », « La Voix du Nord », « Sud-Ouest », « La Nouvelle République du Centre-Ouest », et « Ebra », filiale du Crédit Mutuel regroupant plusieurs titres) se sont alliés dans la télévision au sein d'une société, Territoires TV, pour mieux monétiser leurs audiences numériques.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.38%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 30/05/2022 à 11:46:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.