Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Déflation ou désinflation : comment faire la différence ? » par André Cartapanis

Boursorama16/03/2015 à 12:05

Les mots ont leur importance, en économie comme dans toute autre matière. Il convient de ne pas confondre. Révision sémantique avec le Professeur André Cartapanis à l'heure du débat sur l'évolution des prix à la consommation et à la production.

Le taux d'inflation de la zone euro est désormais négatif : -0,3% en février et -0,6% en janvier, en taux annuels. Et ce ne sont pas seulement les prix à la consommation qui baissent, en réponse à l'atonie de la demande globale et à la chute des prix du pétrole et du gaz sur les marchés mondiaux, mais aussi les prix à la production industrielle, en recul d'environ 1% en janvier et en décembre.

Doit-on s'en féliciter ? Après tout, les banques centrales ont tout fait, depuis l'inflation à deux chiffres des années 1980, aux Etats-Unis comme en Europe, pour faire baisser l'inflation, en menant ce que l'on appelait alors des politiques de désinflation compétitive. Mais ce serait confondre le phénomène de désinflation, et donc le ralentissement de la hausse des prix, qui peut apporter un surcroît de compétitivité vis-à-vis de l'étranger en ramenant l'inflation autour de 1 à 2% par an, par exemple, et le phénomène de déflation, c'est-à-dire la baisse persistante du niveau général des prix, qui conduit à des situations d'une extrême gravité, surtout, comme aujourd'hui, en phase de désendettement faisant suite à la crise financière.

Car plus rien ne fonctionne comme avant dans une telle configuration. Chez certains agents économiques, le désendettement réduit mécaniquement la dépense, ce qui contribue à la baisse des prix et accentue le poids réel de la dette résiduelle, surtout si l'on tient compte des incertitudes sur les revenus futurs.

Chez d'autres, l'opacité de l'avenir et l'aversion au risque augmentent le taux d'épargne et inhibent la demande de crédit, malgré des taux d'intérêt proches de zéro, et l'anticipation de nouvelles baisses des prix conduit à un report des décisions d'investissement, typiquement dans le domaine immobilier.

Et si une politique de l'offre réussit, en présence de gains de productivité ou par le jeu d'une flexibilité accrue des salaires, cela conduit à une nouvelle baisse des prix qui alimente le scénario infernal de la déflation, dans lequel s'est retrouvé le Japon tout au long des années 1990.

Tout doit donc être fait pour sortir de la déflation des prix et relancer l'inflation. Tel est l'objectif de la BCE dont la politique monétaire non-conventionnelle d'injection massive de liquidités par rachats de titres a justement pour objectif de revenir à des taux d'inflation proches de 2%. Mais rien ne garantit la réussite de cette politique. Tout dépend de l'utilisation que feront les agents économiques de cette liquidité accrue.

Si elle se déverse principalement sur les marchés d'actifs financiers européens, plutôt que dans l'économie réelle, l'effet sur l'inflation sera négligeable. Si elle se reporte sur des placements à l'étranger, sur des actifs en dollars, alors la poursuite de la baisse de l'euro contribuera à un surcroît d'inflation importée. La déflation aura alors alimenté la guerre des monnaies. Comme dans les années 1930 !

André Cartapanis

 

André Cartapanis est professeur à Sciences Po Aix, chercheur au GREDEG (CNRS et Université de Nice-Sophia Antipolis) et au CHERPA (Sciences Po Aix). Il est également expert auprès de l'Agence nationale de la recherche et de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur. Il a été Doyen de la Faculté des Sciences Economiques d'Aix-Marseille et Président de l'Association Française de Science Economique.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

25.9 +0.62%
1.166 0.00%
8.91 +2.65%
8.58 -1.27%
40.64 -0.95%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.