Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Décembre lugubre pour le marché auto en France, +0,3% en 2014

Reuters02/01/2015 à 11:50

NET RECUL DES IMMATRICULATIONS DE VOITURES EN DÉCEMBRE

par Gilles Guillaume

:PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont chuté de 6,8% le mois dernier, le deuxième plus faible mois de décembre qu'ait connu le marché depuis la crise de 2008, reflet de l'attentisme des ménages et des entreprises face à une conjoncture économique très incertaine.

Il s'est immatriculé le mois dernier 163.382 voitures neuves en France, selon les chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). En données corrigées des jours ouvrables (CJO), la baisse atteint 11%.

"Le mois de décembre n'a pas été très bon", note François Roudier, porte-parole du CCFA. "C'est la conséquence de la crise de confiance des ménages et des entreprises."

Le rebond des commandes observé en novembre par le CCFA (+4,9%) et en décembre par la Lettre Auto K7 (+15%) ne s'est donc toujours pas matérialisé.

Pour trouver un volume plus faible sur le mois, il faut remonter à décembre 2012 (160.246 voitures) et à décembre 2008 (153.686), lorsque la crise financière mondiale avait donné un violent coup de frein à la demande.

Sur l'ensemble de 2014, les immatriculations de voitures ressortent en légère hausse de 0,3%, alors que le CCFA attendait encore début décembre une progression d'environ 1,5%. Même si la croissance est ténue, le marché parvient toutefois à interrompre une série de quatre années consécutives de baisse.

Avec 1,795 million de voitures immatriculées l'an dernier, la France reste néanmoins toujours proche du 1,79 million de 2013, son plus bas niveau depuis vingt ans.

LA PART DU DIESEL TOMBE A 60%

Le pays reste à la traîne par rapport à l'ensemble du marché européen, qui a progressé en novembre pour le quinzième mois d'affilée et affiché une croissance de 5,7% sur les onze premiers mois de l'année. Pour 2015, le CCFA table sur une stagnation du marché français à son niveau actuel.

Les immatriculations de PSA Peugeot Citroën ont baissé de 9,6% en décembre, la faiblesse de Citroën (-21,6%) ou de DS (-35,8%) éclipsant la hausse de Peugeot (+2,8%). Celles du groupe Renault ont mieux résisté (-0,8%), la marque au losange (+4,7%) éclipsant cette fois une chute de la marque low cost Dacia (-18,2%). Les immatriculations du groupe Volkswagen ont reculé quant à elles de 6,9%.

Le trio de tête de l'année écoulée reste constitué de trois citadines : la Renault Clio 4, la Peugeot 208 et le Renault Captur. Ce dernier profite de l'engouement pour les véhicules de ce type, seul segment à tirer son épingle du jeu.

En 2014, les 4X4 et crossovers ont représenté 23% du marché, contre 19% en 2013, alors que toutes les autres silhouettes ont stagné ou baissé, à l'exception des breaks (7% du marché en 2014 contre 6% en 2013.)

Le succès des petites voitures et le développement de moteurs essence plus économes grâce à la réduction des cylindrées ont fait tomber la part du diesel dans les nouvelles immatriculations à 64% en 2014, et même à 60% en décembre.

Le poids de ce type de motorisation, dont l'avantage fiscal et les émissions de polluants, malgré le durcissement des normes, ont été particulièrement critiqués l'an dernier, ne cesse de diminuer pour les voitures neuves. Il avait atteint 73% en 2012.

(édité par Matthieu Protard)


Mes listes

valeur

dernier

var.

113.04 -0.68%
14303.3 -0.65%
1.223 +0.19%
2 -2.44%
14.81 -0.47%
13.74 +1.93%
3.485 +4.50%
128.9 +0.62%
18.802 +1.81%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.