1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

De l'art périlleux de la prévision économique

Le Point14/01/2015 à 07:44

Cet été, au cours d'une interview, Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, s'excusait des mauvaises prévisions du FMI sur les résultats économiques du Royaume-Uni.

Goldman Sachs fait preuve d'un certain courage. L'influente banque américaine vient en effet de publier sa dernière prévision sur le cours du pétrole. Elle est revue à la baisse, avec l'anticipation d'un brent à 50 dollars le baril en moyenne. Les mêmes analystes tablaient il y a quelques semaines encore sur un brent à 85 dollars en 2015 et à 90 dollars en 2016... Et, si l'on remonte encore quelques années en arrière, on se souvient que le gourou du pétrole de Goldman Sachs, Arjun Murti, avait annoncé en mai 2008 un baril à 200 dollars à horizon de deux ans maximum. Six mois plus tard, il était tombé à 34 dollars. Et si les prévisions économiques n'engageaient finalement que ceux qui les écoutent ? La liste des bourdes commises par les économistes est difficile à dresser tant elle est copieuse. Le célèbre économiste John Maynard Keynes s'y adonnait déjà en 1930 : dans un texte sur les "perspectives économiques pour nos petits-enfants", il entrevoyait une très importante amélioration des conditions de vie, mais annonçait aussi une semaine de travail de quinze heures et la fin de l'avidité des acteurs économiques... Raté ! Au rayon des boulettes entrées dans l'histoire figure en bonne place celle d'Irving Fisher. Elle remonte au mois d'octobre 1929. Huit jours avant l'effondrement de Wall Street, l'économiste assure qu'un krach boursier est tout bonnement... impossible ! Dans le même registre, on se souvient aussi de l'analyste...

Lire la suite sur Le Point.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gacher
    14 janvier07:46

    les prévisions suivent une logique personnelle et la bourse n'a aucune logique.On peut mettre toutes les prévisions à la poubelle, en sachant que l’intérêt financier est d'aller en sens contraire de la logique pour maximiser les profits.

    Signaler un abus

  • 525EXC
    14 janvier07:44

    GS .... DES BANKSTERS lolfaites le contraire, vous serez riche !

    Signaler un abus

  • fortunos
    14 janvier07:44

    evitons de croire ces gens qui n arretent pas de se tromper

    Signaler un abus

  • gendrefr
    14 janvier07:43

    usurpation du mot courage surtout pour gs

    Signaler un abus

  • saumon-m
    14 janvier07:17

    De l'art pas trop périlleux dans la mesure où elle fait partie de celles et ceux qui font la pluie et le beau temps sur les marchés boursiers...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer