1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Davis ne veut pas fournir de chiffre sur la facture du Brexit
Reuters12/11/2017 à 17:13

 (Actualisé avec Barnier dans Le Journal du Dimanche) 
    LONDRES, 12 novembre (Reuters) - La Grande-Bretagne ne 
présentera pas de chiffre, ni de formule, sur ce qu'elle estime 
devoir à l'Union européenne dans le cadre de sa sortie du bloc 
communautaire, a déclaré dimanche le ministre britannique du 
Brexit David Davis. 
    Négociateurs européens et britanniques ne cachent pas leur 
frustration face à la lenteur des discussions qui achoppent 
toujours sur le montant de la facture que Londres doit acquitter 
au titre de ce divorce. 
    Michel Barnier, qui conduit la délégation européenne, a 
estimé que la Grande-Bretagne avait deux semaines pour "honorer 
ses engagements" et sortir de l'impasse avant le sommet européen 
des 14 et 15 décembre. 
    S'exprimant sur la chaîne Sky News, David Davis a indiqué 
que l'UE avait admis que la Grande-Bretagne n'avait pas besoin 
de présenter "un chiffre ou une formule" concernant cet accord 
financier lorsqu'elle avait approuvé le calendrier en deux temps 
: d'abord les conditions de la séparation puis le format des 
nouvelles relations. 
    "Dans toute négociation, chaque camp tente de maîtriser le 
calendrier. La véritable échéance dans ce cas est bien sûr 
décembre", a reconnu David Davis. 
    "Les contribuables britanniques ne veulent pas que j'accepte 
de donner des milliards de livres sterling. Nous avons donc été 
très très prudents. Cela prend du temps et nous prendrons notre 
temps pour fournir la bonne réponse", a-t-il dit. 
    La Première ministre britannique Theresa May soutient 
qu'elle ne peut pas fournir un montant de cette facture tant que 
son gouvernement se sait pas qu'elle seront les termes de la 
future relation entre Londres et Bruxelles. 
    "Le contribuable européen ne doit pas payer le prix d'une 
décision prise souverainement par le Royaume-Uni. Nous 
souhaitons aboutir à un accord d'ici à quinze jours ouvrables, 
en vue du Conseil européen des 14 et 15 décembre", répète Michel 
Barnier dans un entretien au Journal du Dimanche. 
    "Le rendez-vous sera reporté si les progrès ne sont pas 
suffisants. Aujourd'hui nous n'y sommes pas", explique-t-il. 
    Etats comme entreprises, souligne le négociateur européen 
dans le journal français, doivent se préparer à la possibilité 
d'une absence d'accord. "Nous-mêmes nous nous y préparons 
techniquement". 
 
 (Elisabeth Piper; Pierre Sérisier pour le service français, 
Sophie Louet à Paris) 
 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • clam92
    12 novembre18:59

    Il ne faudra pas faire de commerce avec eux tant qu'ils n'auront pas payer leurs factures . De plus il faudra laisser passer tous les immigrés qui sont à Calais !!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer