Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

DASSAULT AVIATION décroche un méga-contrat avec l'Egypte
AOF04/05/2021 à 16:04

(AOF) - Les vents sont porteurs pour Dassault Aviation qui jaillit de 4,78% à 954 euros l'action sur la place de Paris. Et pour cause : l'Egypte a officialisé la signature d'un accord portant sur l'achat de 30 avions de combat Rafale. Le montant du contrat serait de 3,75 milliards d'euros, selon le site d'investigation Disclose, qui avait révélé en amont l'existence de cette commande. Un tel contrat représente une aubaine pour la filière aéronautique française frappée de plein fouet par la crise du Covid-19. Au total, 500 entreprises travaillent sur le programme Rafale.

" Ce succès à l'export est crucial pour notre souveraineté et le maintien de 7 000 emplois industriels en France pendant 3 ans ", a commenté Florence Parly, la ministre des Armées, sur son compte Twitter.

La transaction sera financée par un prêt de financement d'une durée d'au moins 10 ans, qui pourrait être garanti à hauteur de 85% par la France. Selon les informations de Reuters, les appareils seront livrés entre 2024 et 2026.

Au contrat sur les Rafale s'ajouteraient deux autres pour un total de 200 millions d'euros au profit de MBDA et de Safran Electronics & Defense, a précisé Disclose.

L'intérêt de l'Egypte pour le Rafale n'est pas nouveau. En 2015, ce pays fut le premier client à l'export du Rafale avec 24 appareils commandés. La transaction du jour portera à 54 le nombre de Rafale aux couleurs égyptiennes, faisant ainsi de l'Armée de l'Air égyptienne la seconde au monde, après l'Armée de l'Air et de l'Espace Française, à opérer une telle flotte de Rafale.

" L'année 2021 pourrait s'avérer faste pour l'avion français après la commande de 18 appareils par la Grèce et avec l'intérêt de l'Inde, de l'Indonésie, de la Finlande, de la Suisse et de la Croatie ", a commenté Invest Securities.

L'an dernier, Dassault Aviation n'avait livré que 13 Rafale Export, contre 26 en 2019.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Groupe aéronautique centenaire avec plus de 2100 avions civils et 1000 avions militaires en service, livrés depuis 100 ans dans 90 pays ;

- Activité de 5,5 Mds€ réalisée à 89 % à l'export, couvrant l'amont (conception et développement) et l'aval (vente et support), des avions de combat Mirage et Rafale aux jets business haut de gamme Falcon et aux drones militaires ;

- Ventes réparties entre la Défense à 59 % et les Falcon, les 3 1ers clients du groupe étant l'Etat français pour 10 %, et l'Inde et le Qatar pour 10 % ;

 - Modèle d'affaires « Architecte du futur » assis sur la dualité civil/défense et spécifique par la répartition du bénéfice en 3 parts égales -participation et intéressement aux salariés, dividendes aux actionnaires et impôts à l'Etat ;

- Gouvernance menée par Eric Trappier, président-directeur général du conseil d'administration de 9 membres, la société étant détenue à 62,3% (76,9 % des droits de vote) par la famille Dassault, devant Airbus Group à 9,9 % ;

- Bilan sain avec des capitaux propres maintenus à 4,6 Mds€, une dette nette de 270 M€ et une trésorerie disponible de 3,4 Mds€.

Enjeux

- Stratégie de transformation opérationnelle « Piloter notre avenir » avec 3 axes prioritaires :

                - bureau d'étude étendu et outils numériques (Bid Data, 3DExperience...),

                - performance industrielle,

                - modernisation des infrastructures ;

- Stratégie d'innovation intégrée au modèle économique, marquée par la protection de la propriété intellectuelle :

                - R&D autofinancée à hauteur de 10 % des revenus et axée sur 4 programmes, le 6X pour le     Falcon 6X livrable en 2022, et le futur Falcon, le Rafale F' et le SCAF - Système de combat aérien du futur,

                - intelligence artificielle : IA cognitive et de confiance, programme Man Machine Teaming ;

- Stratégie environnementale adhérant aux recommandations du groupe européen ACARE et soutenue par les programmes CORAC & CleanSky et fondée sur 3 piliers :

                - innovations dans l'allègement des structures, la réduction des traînées, l'optimisation des     trajectoires, des décollages et des atterrissages,

                 - procédés, dont éco-conception, et matériaux limitant les impacts environnementaux               (compatibilité des Falcon avec les bioczarburants),

                - réduction des émissions de CO2 et certification de la totalité des sites industriels ;

-Marché militaire soutenu par les tensions géopolitiques et, en France par la loi de programmation militaire 2019-2025, avec reprise en 2022 des livraisons de Rafale à l'armée française ;

- Poursuite des avancées dans le CUGE (Capacité universelle de guerre électronique) -Falcon Archange pour le renseignement stratégique, avions furtifs nEUROn- ;

- Recul du carnet de commandes à 15,9 Mds€ -62 Rafale et 31 Falcon- et des prises de commandes.

- Début d'année dynamique : commande par la Grèce de 18 Rafale, signature du contrat cadre du SCAF.

Défis

- Règlements des difficultés dans la répartition des rôles pour la mise en place du SCAF entre Dassault Aviation et la France d'une part, Airbus, l'Espagne et l'Allemagne d'autre part ;?

- Evolution de la gouvernance après le décès de l'administrateur Olivier Dassault ;

- Impact de la pandémie : recul du chiffre d'affaires, de la marge opérationnelle à 7,2 % et baisse de moitié du bénéfice net ;

- Réaction à la pandémie : chômage partiel, renforcement des investissements dans les outils numériques d'aide à la production,  priorisation aux Forces armées, à la livraison des Rafale export et Falcon et poursuite du développement du Falcon X ;

- Objectifs 2021 : livraison de 25 Falcon et de 25 Rafale et hausse du chiffre d'affaires ;

- Reprise du dividende à 12,€ et division par 10 du nominal de l'action en mai 2021.

Des fondamentaux d'une croissance mondiale qui demeurent

La crise actuelle ne remettrait pas durablement en cause les fondamentaux de la croissance mondiale du transport aérien, qui devrait retrouver un rythme de 4 % par an en moyenne sur les vingt prochaines années. Cela devrait assurer un doublement du nombre de passagers aériens sur la période, ainsi qu'un quasi-doublement de la flotte mondiale, qui atteindrait 48.400 avions en 2039.

Les avions monocouloirs moyen-courriers, de type Airbus A320 et Boeing 737, représenteront toujours la plus grosse partie de la demande, avec 32.270 livraisons prévues sur vingt ans. Une prévision quasi-identique à celle de 2019. L'Asie, en particulier la Chine, hébergera la plus grande partie de la flotte mondiale (presque 40% contre 30% actuellement).

Valeurs associées

Euronext Paris +0.88%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 04/05/2021 à 16:04:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer