Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dans le rouge au 1er semestre, Accor prévoit 1.000 suppressions de postes
Reuters04/08/2020 à 19:02

(Actualisé avec ITV de Bazin aux Echos)

PARIS, 4 août (Reuters) - Pénalisé par la crise sanitaire liée au coronavirus et par les mesures de confinement et fermetures de frontières qui l'ont accompagnée, le groupe hôtelier Accor ACCP.PA a conclu le 30 juin un premier semestre catastrophique qui l'a conduit à annoncer mardi la suppression d'un millier de postes.

De janvier à juin, le chiffre d'affaires du groupe, qui exploite des chaînes haut de gamme telles que Raffles et Sofitel ainsi que des marques économiques telles que Ibis, s'est élevé à 917 millions d'euros, ce qui représente une baisse de 52,4% par rapport au premier semestre 2019 (-48,8% à périmètre et changes constants).

Le résultat net part du groupe s'inscrit quant à lui nettement dans le rouge avec une perte de 1,52 milliard d'euros alors qu'il s'élevait à 141 millions d'euros un an auparavant et l'excédent brut d'exploitation est ressorti dans le rouge à -227 millions, ce qui représente une baisse de 153,7% en données comparables.

Le revenu par chambre disponible (RevPAR), indicateur clé de rentabilité du secteur, a chuté de 59,3% sur la même période.

Ce même indicateur est ressorti en baisse de 90,6% en Europe au cours du seul second trimestre, témoignant de la brutalité de la crise subie par le secteur du tourisme.

"VIOLENCE INOUÏE"

"Le choc que subit notre industrie est sans précédent et d'une violence inouïe", constate d'emblée Sébastien Bazin, le PDG d'Accor, dans le communiqué accompagnant ses résultats.

"Après l'urgence, nous devons maintenant finaliser la transformation de notre business model 'asset-light" en un groupe pleinement "asset-light'", poursuit-il.

Dans une interview accordée aux Echos, Sébastien Bazin, le PDG du groupe, affirme que cette tranformation n'est pas une réponse aux retombées de la crise sanitaire mais le résultat du de l'évolution du "business model" d'Accor.

"Ce plan était en gestation avant. (...) Ce n'est pas parce que c'est la crise que nous allons vendre des marques ou réduire la voilure. (...) Cette crise révèle la nécessité d'évoluer rapidement. Elle prouve que nous n'avons pas le temps d'attendre", a-t-il dit.

Dans le contexte actuel, le groupe se dit incapable de fournir la moindre perspective d'Ebitda pour 2020, un constat qui tranche avec les résultats record qu'il visait il y a tout juste un an.

L'apparition de l'épidémie a conduit le numéro un européen de l'hôtellerie à annoncer des mesures d'économie en se fixant un objectif de 200 millions d'euros par rapport à sa base de coûts de 1,2 milliard d'euros en 2019.

Deux tiers de ces économies devraient être atteintes à fin 2021 et 100% à fin 2022.

Accor indique que ce plan inclut "une simplification et un alignement des structures opérationnelles à travers les différentes régions" et "une automatisation des tâches basées sur des processus qui peuvent être répétés".

"Ces initiatives vont concerner environ 1.000 personnes sur les 18.000 qui occupent des fonctions au niveau des sièges. Il est encore trop tôt pour évoquer les conséquences par pays, et nous aborderons ces sujets d'abord avec nos partenaires sociaux", a déclaré Sébastien Bazin aux Echos.

(Nicolas Delame, avec Charles Regnier)

Valeurs associées

Euronext Paris -7.33%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4813.17 -3.31%
0.458 +24.46%
4.395 -0.11%
29.96 -3.70%
32.465 -6.16%

Les Risques en Bourse

Fermer