1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Danone: Emmanuel Faber va succéder à Franck Riboud

Reuters18/10/2017 à 21:03

DANONE: EMMANUEL FABER VA SUCCÉDER À FRANCK RIBOUD

PARIS (Reuters) - Danone a annoncé mercredi la nomination d'Emmanuel Faber au poste de PDG, l'actuel directeur général devenant également président à la place de Franck Riboud, fils du fondateur historique du groupe agro-alimentaire.

Le groupe a indiqué dans un communiqué que le conseil d'administration avait décidé à l'unanimité de réunir les fonctions de président et de directeur général.

Autre décision : resserrer le comité exécutif autour de trois dirigeants aux responsabilités opérationnelles, et deux aux responsabilités fonctionnelles, pour gagner en efficacité et "favoriser des prises de décisions plus agiles dans un contexte de changements rapides des tendances du secteur alimentaire".

"La réunion des fonctions de président et de directeur général va (rapprocher) le conseil et la direction exécutive, permettant à Danone de continuer à déployer sa stratégie en parlant d'une seule voix et en prenant ses décisions avec

agilité et lisibilité", déclare Franck Riboud, cité dans le communiqué.

Emmanuel Faber prendra ses nouvelles fonctions le 1er décembre tandis Franck Riboud deviendra président d'honneur et restera administrateur et membre du comité stratégique du conseil.

Sans être une surprise, ces annonces constituent un tournant historique pour le groupe Danone, que les Riboud père et fils, patrons à la fibre humaniste, ont dirigé pendant près d'un demi-siècle. Les deux hommes ont façonné une entreprise qui compte aujourd'hui plus de 100.000 salariés et dont les produits sont distribués dans 130 pays.

Antoine Riboud a créé le groupe agro-alimentaire en 1972 en fusionnant le verrier BSN qu'il avait fondé en 1966 avec la société Gervais Danone, héritière du yaourt Danone né en 1919 à Barcelone.

Son fils Franck Riboud lui a succédé en mai 1996. Il a accéléré le développement international d'un groupe qu'il a beaucoup transformé, le recentrant sur les produits laitiers (Gervais, Danette, Activia...), les eaux (Evian, Badoit, Volvic...), les aliments pour bébés (Bledina, Gallia...) et, ces dernières années, sur la nutrition médicale et le bio.

LE DISCOURS DE MARSEILLE

L'un comme l'autre ont donné une image "sociale" à Danone, où Emmanuel Macron a recruté sa ministre du Travail Muriel Pénicaud, ancienne directrice des ressources humaines du groupe.

Antoine Riboud, dont le "discours de Marseille" de 1972 sur la dimension humaine de l'entreprise est resté dans les annales du patronat, fut l'un des rares dirigeants à évoquer la semaine de 32 heures dans les années 1990, pour créer des emplois.

Franck Riboud n'a pas été en reste sur ce thème. Entre la Danone Nations Cup de football créé en 2000, le Grameen Danone Foods fondé en 2006 avec le prix Nobel de la paix Muhammad Yunus ou le fonds Livelihoods né en 2011, il s'est efforcé d'associer le nom du groupe à l'aide aux pays émergents et au développement durable.

La transmission des commandes à Emmanuel Faber, dauphin désigné depuis 2014, ne devrait pas changer la donne pour les valeurs de l'entreprise.

Son discours de 2016 à l'occasion de la remise des diplômes de HEC, dont il est un ancien, a marqué les esprits : "Désormais, après toutes ces décennies de croissance, l'enjeu de l'économie, l'enjeu de la globalisation, c'est la justice sociale. Sans justice sociale, il n'y aura plus d'économie."

Le passage de témoin à Emmanuel Faber, chez Danone depuis 20 ans, devrait aussi être synonyme de continuité stratégique. C'est lui qui a bouclé au printemps le rachat de l'américain WhiteWave pour 12,5 milliards de dollars afin de doubler la taille de Danone aux Etats-Unis et en faire le leader mondial du marché très dynamique des produits biologiques.

C'est lui aussi qui, dans une interview à Reuters en juin, fixait à Danone l'objectif d'avoir un rôle central dans la "révolution alimentaire" des nouveaux consommateurs soucieux d'environnement, de bien-être, de bio et de traçabilité.

Emmanuel Faber s'est dit persuadé que la stratégie suivie était "créatrice de valeur". Une nécessité alors que son actionnariat éclaté et sa valorisation (inférieure à celle de son concurrent Nestlé) rendent Danone vulnérable à une OPA.

En août, le fonds activiste new-yorkais Corvex a pris 0,8% du capital du groupe.

"Qu'il s'agisse de Danone ou de n'importe quel autre groupe français stratégique, nous ne laisserons pas des prédateurs s'attaquer aux entreprises qui font le patrimoine économique de notre pays", a assuré fin août le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'université d'été du Medef, en présence d'Emmanuel Faber.

Un discours qui rappelle celui tenu en 2005 par l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin visant à protéger Danone lors des rumeurs d'OPA hostile de la part de Pepsico.

(Gilles Guillaume et Dominique Rodriguez, édité par Cyril Altmeyer et Elizabeth Pineau)

Valeurs associées

0.00%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.