1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

PHARNEXT

6.080 (c) EUR
-3.18% 

FR0011191287 ALPHA

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    6.280

  • clôture veille

    6.280

  • + haut

    6.280

  • + bas

    5.940

  • volume

    80 433

  • valorisation

    92 MEUR

  • capital échangé

    0.53%

  • dernier échange

    16.09.19 / 17:35:46

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    5.780

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    6.380

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    22.05.19

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Daniel Cohen, Pharnext : "Nous allons mener une nouvelle étude de phase III, plus simple, avec seulement deux bras"
Biotech Finances10/09/2019 à 18:33

Daniel Cohen, cofondateur et directeur général de Pharnext. (Crédits photo : Pharnext)

En octobre 2018, la biotech parisienne annonçait des résultats positifs dans l'étude PLEO-CMT, un essai clinique de phase III évaluant son produit phare PXT3003 dans la maladie de Charcot Marie Tooth 1A. Dix mois plus tard, l'agence sanitaire américaine, a rendu un verdict différent, recommandant à Pharnext de réaliser un nouvel essai. Une sérieuse déconvenue pour la société, pionnière de la pléothérapie, qui ne décourage cependant pas Daniel Cohen, le généticien, fondateur et CEO de Pharnext.  

La FDA vous a recommandé de faire une nouvelle phase III avec PXT3003. Comment expliquez-vous cette position, dix mois après l'annonce des premiers résultats de votre étude PLEO-CMT ? 

Daniel Cohen : La position finale de la FDA, une fois qu'elle eut reçu, récemment, les résultats complets, nous a d'abord beaucoup surpris. A l'origine de nos malentendus, il y a un problème lié à la formation de cristaux dans certains lots de notre candidat-médicament, PXT3003, qui nous a contraint à interrompre l'essai pour certains patients. Nous avions signalé ce problème dès septembre 2017, publiquement, et avons procédé à un amendement au protocole de l'essai clinique, dans le respect des règles de la FDA, afin de ne retenir dans l'évaluation que les patients traités avant l'apparition de ces cristaux dans certains lots. En octobre 2018, nous avons communiqué une démonstration statistique d'efficacité dans la population des patients qui ont exactement suivi le protocole tel que défini au départ. En fait, il s'est avéré que l'essai était déjà bon, avant que les problèmes de cristaux n'arrivent ! La FDA n'a pas vraiment contesté cette démonstration. En fait, elle ne l'a pas considéré. Pour elle, le problème vient en fin de compte de la différence inhabituelle entre le nombre de patients inclus dans l'étude, au départ, et celui finalement évaluée dans les trois bras (placebo, faible et haute dose), à la fin. C'est une considération de forme et de principe plus que de fond. Mais la pléothérapie est une approche radicalement nouvelle et cette étude était une première qui crée un précédent. Il fallait donc que tout soit extrêmement standard. Il faut s'y plier et nous ne nous braquons pas. La FDA a plusieurs fois fait preuve de souplesse à notre égard. Le dialogue reste ouvert et constructif. Nous continuons donc d'avancer avec beaucoup de confiance. 

Quels sont les prochaines étapes ?

Daniel Cohen : Nous allons mener une nouvelle étude de phase III, plus simple, avec seulement deux bras (haute dose et placebo) en optimisant la durée et le nombre de patients, pour s'assurer de bien reproduire les excellents résultats obtenus dans PLEO-CMT. Ce nouvel essai devait être achevé d'ici deux à trois ans, en fonction de la vitesse de recrutement des patients. Comme les centres cliniques (hôpitaux participant à l'étude, ndlr) ont déjà été ouverts et entrainés par l'étude PLEO-CMT, nous sommes confiants dans notre capacité à tenir les délais.

Avez-vous bon espoir d'obtenir une approbation de l'Agence européenne du médicament (EMA) pour votre produit malgré le refus de la FDA ? 

Daniel Cohen : Notre stratégie initiale consistait à obtenir une autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis, avant d'entamer les démarches d'enregistrement en Europe. Nous allons discuter avec l'EMA et nous verrons s'ils sont ouverts à la possibilité d'une approbation classique voire conditionnelle ou s'ils veulent attendre les données de notre prochaine étude. Nous en saurons plus d'ici le 1er trimestre 2020. 

Quelle est votre stratégie sur le plan financier ?

Daniel Cohen : Nous disposions de 32M€ de trésorerie nette à fin mars. Notre rythme de dépenses - de 2 à 3M€ par mois environ - ne devrait pas évoluer dans les années à venir, en tenant compte d'un investissement de 15M€ dans notre seconde phase III. Nos multiples discussions financières (partenaires ou autres) vont pouvoir s'effectuer dans un cadre maintenant plus précis. Nous allons pouvoir mieux définir comment financer nos projets dans la maladie d'Alzheimer et dans la maladie de Charcot (sclérose latérale amyotrophique), deux indications où nous sommes prêts à entrer en phase IIb. Plus généralement, maintenant que nous avons une preuve de concept bien établie, nous allons renforcer notre recherche de partenaires industriels pour multiplier les développements dans les nombreuses applications où la pléothérapie peut changer la donne. L'idéal, à ce stade, serait de conclure, dans les six mois à venir, un petit financement, le moins dilutif possible, afin de mener sereinement ces négociations car un mauvais accord de partenariat fait aussi perdre de la valeur. Je vous confirme en tout cas que nos actionnaires stratégiques (Claude Berda ,Pierre Bastid, et Tasly, ndlr) nous ont témoigné leur confiance. 

Vous évoquez un point d'étape et une réussite dans votre collaboration avec Galapagos ? L'atteinte de ces objectifs est-elle associée à des paiements ?

Daniel Cohen : Nous ne pouvons décrire les termes de notre collaboration avec Galapagos, qui sont confidentielles. Mais je peux dire que nous sommes de part et d'autre très satisfaits des résultats obtenus ensemble sur les nouvelles combinaisons de médicaments. Nous évaluons nos options à propos d'une nouvelle collaboration et sommes aujourd'hui en discussions préliminaires.

Propos recueillis par Biotech Finances - «Biotech Finances est un média spécialisé sur l'écosystème francophone des biotechs et des medtechs»

Valeurs associées

Euronext Paris -3.18%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • custode
    11 septembre10:21

    Pour moi, il n'y a aucun doute: seul l'investissement dans Galapagos mérite ma confiance. Je plains sincèrement ceux qui se retrouvent scotchés sur Pharnext. 2022 ou 2023, c'est long, très long !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer