Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Croissance : les sombres prédictions des Nostradamus de l'économie

Le Parisien12/01/2014 à 08:18

Croissance : les sombres prédictions des Nostradamus de l'économie

« Les prévisions sont difficiles surtout lorsqu'elles concernent l'avenir. » Cette citation de Pierre Dac, que Jacques Chirac aimait asséner à ses interlocuteurs, résume les critiques souvent adressées aux économistes. Enfermés dans leurs modèles théoriques, ils n'auraient rien vu venir des crises successives et n'auraient pas su trouver les remèdes.

Leur plus gros échec ? La plupart de ceux qui jouent volontiers aux Nostradamus n'avaient pas prédit la crise des subprimes en 2007 qui a failli mettre à bas l'économie mondiale.

Il reste que le pronostic demeure un exercice imposé et les oracles courent les plateaux de télévision. D'autres, graphiques en main, murmurent à l'oreille des gouvernements. Sans oublier ceux qui livrent leur vision de l'avenir dans des livres. A ce jeu, certains économistes sont devenus des stars. Directeur de recherches au CNRS et prof à Sciences-po, Elie Cohen figure parmi les plus sollicités. Tout comme son presque homonyme Daniel Cohen, de l'Ecole d'économie de Paris, conseiller de la banque Lazard, récemment épinglé dans « les Imposteurs de l'économie »*.

Certains tombent juste?

Alors que, pour l'année à venir, le gouvernement table sur une croissance de 0,9%, tous les analystes ont donc fait tourner leurs logiciels en y entrant un maximum d'indicateurs. L'institut libéral COE-Rexecode parie sur une croissance plus faible, à 0,6%, quand l'OFCE anticipe 1,3% de croissance, presque assez pour résorber le chômage. A l'inverse, l'Insee table sur une croissance « poussive » et pas de baisse du nombre de demandeurs d'emploi, avec un taux de chômage qui devrait se stabiliser autour de 11%.

Au-delà des projections prudentes des instituts de conjoncture, des économistes, d'anciens banquiers, des férus de statistiques se sont distingués en tombant juste dans leurs prédictions. Il en est ainsi de Nouriel Rubini, surnommé aux Etats- Unis Doctor Doom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.642 +0.31%
99.94 -0.07%
1.2 0.00%
16.55 +6.43%
0.029 -6.45%
131.2 +0.54%
13.45 +0.52%
1.278 0.00%
18.53 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.