Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Croissance et rigueur au menu du sommet européen du 23 mai

Reuters08/05/2012 à 20:30

Croissance et rigueur au menu du sommet européen du 23 mai

BRUXELLES (Reuters) - Concilier croissance et rigueur budgétaire, telle est l'équation délicate que devra résoudre le sommet européen du 23 mai, ont déclaré mardi des responsables européens.

Une crise de la dette qui dure depuis deux ans dans la zone euro a coupé des marchés des pays tels que la Grèce, le Portugal et l'Irlande et l'Espagne risque désormais de les rejoindre dans cette liste.

Pour rétablir la confiance des marchés, la zone euro s'est lancée dans une cure d'austérité mais certains responsables et des économistes jugent qu'elle va trop loin dans cette voie, entravant la croissance et risquant d'entrer dans un cercle vicieux d'austérité et de contraction du PIB.

Pour la Commission européenne, il ne s'agit pas de choisir entre l'austérité et la croissance car les deux voies sont nécessaires.

"Le débat de la consolidation contre la croissance est un faux débat", a dit mardi le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn. "Dans la situation économique actuelle, de basse croissance et de dette élevée, nous n'avons pas le choix: nous devons faire l'un et l'autre".

Au vu des résultats des élections en France et en Grèce le week-end dernier, que l'on pourrait résoudre en un rejet sans appel de l'austérité, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a souhaité que se tienne un sommet européen le 23 mai dont l'ordre du jour sera la croissance.

Le dîner informel du 23 mai doit poser les bases d'un autre sommet, les 28 et 29 juin, au cours duquel les chefs d'Etat et de gouvernement doivent prendre des décisions définitives en matière de croissance et de consolidation des finances publiques.

ACCROÎTRE LES RESSOURCES DE LA BEI

Etablir un équilibre entre ces deux objectifs apparemment contradictoires ne sera pas chose aisée car, à la différence des dépenses publiques financées par la dette, les réformes structurelles destinées à stimuler la croissance mettent du temps à agir, alors que les investisseurs, eux, veulent des résultats immédiats.

Etre moins ambitieux dans la consolidation budgétaire permettrait sans doute de dégager des ressources pour alimenter la croissance mais au risque de déplaire à ces mêmes investisseurs qui douteraient alors que la zone euro veuille réellement remettre de l'ordre dans ses finances.

"Il faut poursuivre la consolidation budgétaire, d'une manière qui soit plus différenciée et plus favorable à la croissance", a résumé Rehn.

Cela veut dire par exemple que les pays de l'UE jouissant de finances publiques saines devraient financer des initiatives sociales pour atténuer les conséquences du ralentissement économiques.

Au contraire, des pays qui sont dans le collimateur des marchés, comme la Grèce, le Portugal, l'Irlande, mais aussi l'Italie et l'Espagne doivent appliquer imperturbablement des mesures de rigueur pour retrouver la confiance des investisseurs.

Pour redonner rapidement un coup de pouce à la croissance, la Commission européenne propose d'augmenter de 10 milliards d'euros les ressources de la Banque européenne d'investissement (BEI), laquelle finance les grands travaux.

La capacité de prêt de la BEI s'en trouverait portée à 60 milliards d'euros et sa capacité d'investissement indirecte, en tenant compte des financements privés qui seraient attirés, atteindrait 180 milliards d'euros.

La CE recommande aussi d'émettre des obligations destinées à financer des grands travaux.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

Mes listes

valeur

dernier

var.

17.27 -2.04%
0.81 -0.86%
0.514 +6.53%
3.125 +20.42%
25.5 +2.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.