Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crise des éleveurs : le casse-tête de l'étiquetage de la viande

Le Parisien23/07/2015 à 13:11

Crise des éleveurs : le casse-tête de l'étiquetage de la viande

Pièces de boucher, viande hachée, produits transformés… Comment savoir si ce qu’on mange vient de France ? Ce n’est pourtant pas faute de disposer, dans l’Hexagone, d’une myriade de labels, de logos ou d’étiquettes sur les emballages. « Il faut bien faire la différence entre l’étiquetage et le label, souligne-t-on dans l’entourage de Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture. L’étiquetage est une obligation réglementaire depuis le début des années 1990 pour indiquer l’origine de la viande. L’arsenal légal a été renforcé pour la viande bovine après la crise de la vache folle. Et il y a encore un an sous l’action de l’Union européenne. »

Et le label Viandes de France, mis en avant ces derniers jours ? « Il a été lancé lors du Salon de l’agriculture 2014, reprend-on au ministère. Mais, à la différence de l’étiquetage, c’est une incitation et non pas une obligation. » Car l’Etat ne peut pas l’imposer. L’Union européenne ne le permettrait pas, au nom de la libre concurrence. « C’est donc le fruit du travail des différentes professions, par le biais d’accords collectifs. » Pas facile de s’y retrouver.

Selon l’Institut de l’élevage, 23% de la viande bovine consommée provenait de l’étranger en 2014. En clair, 77% était d’origine France (quasi stable par rapport à 2012 et 2013). Si on mange beaucoup de bœuf « de chez nous », la traçabilité de la viande importée n’est-elle pas un faux problème ? Non. Car, quand on regarde dans le détail, les chiffres on un tout autre relief.

Toujours selon des statistiques de l’Institut de l’élevage (mais qui datent de 2011), 88 % des pièces de bœuf vendues en grandes surfaces étaient d’origine française. Idem en boucherie traditionnelle. La donne s’inverse pour les restaurants, cantines et selfs d’entreprise qui utiliseraient des pièces de bœuf importées dans 57% des cas. Et 39% des produits transformés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Mes listes

valeur

dernier

var.

245.359 -0.07%
1.231 0.00%
23.945 +0.06%
11.56 +0.36%
44.005 +0.76%
1.278 0.00%
18.53 0.00%
19.305 -0.59%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.