Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Coût du travail élevé ne rime pas avec chômage

Reuters22/02/2012 à 09:20

COÛT DU TRAVAIL ÉLEVÉ NE RIME PAS FORCÉMENT AVEC CHÔMAGE, OBSERVE L?INSEE

par Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - Coût du travail élevé ne rime pas avec chômage élevé et ne signifie pas nécessairement mauvaises performances économiques, révèle une étude de l'Insee mercredi, à l'heure où gauche et droite s'affrontent violemment sur la "TVA sociale".

Le ministère du Travail publiera vendredi les chiffres du chômage du mois de janvier. Fin 2011, le nombre de personnes sans emploi sur le territoire français, toutes régions et catégories confondues, dépassait les 4,5 millions, un plus haut depuis 1999.

Outre-Rhin, le taux de chômage était le mois dernier à son plus bas niveau depuis la réunification du pays en 1990.

Le coût du travail en Allemagne était surtout l'un des plus élevés d'Europe dans certains secteurs industriels il y a quatre ans, une donnée économique qui ne l'a pas empêchée d'afficher les meilleures performances à l'export de la zone euro et un taux de chômage parmi les plus bas du Vieux continent.

A deux mois du premier tour de l'élection présidentielle, le gouvernement, qui cite régulièrement Berlin en exemple, a fait de la diminution du coût du travail l'une de ses priorités économiques en décidant d'abaisser les cotisations patronales en échange d'un relèvement du taux de la TVA, une mesure vivement critiquée par les syndicats et l'opposition qui craignent une dégradation du pouvoir d'achat.

Dans une étude intitulée "Emploi et salaires", notamment consacrée à l'évolution du prix de la main d'oeuvre en Europe, l'Insee constate que le coût du travail dans certains secteurs manufacturiers outre-Rhin était le plus haut du Vieux continent.

"C'est le cas en particulier dans l'industrie automobile, où (en 2008, ndlr) il est supérieur de 29% à celui observé en France: 43,14 euros (de l'heure) contre 33,38 euros."

Dans l'ensemble de l'industrie, le coût du travail était sensiblement comparable dans les deux pays, autour de 33 euros de l'heure en moyenne, même s'il était plus élevé en Allemagne (33,37 euros) qu'en France (33,16 euros).

RAPPORT DE FORCE ?

La tendance s'inverse toutefois dans les services où la France enregistrait il y a quatre ans un coût horaire du travail de 32,08 euros contre 26,81 euros en Allemagne.

Surtout, les coûts salariaux unitaires dans leur ensemble ont connu une progression beaucoup plus marquée en France qu'en Allemagne entre 2002 et 2012 (+1,9% par an contre +0,1%) et de moindres gains de productivité (+0,8% contre +1,2%), selon les calculs du Crédit agricole, un motif d'inquiétude pour Paris.

La ministre du Budget Valérie Pécresse a répété mardi que la baisse du coût du travail au nom de la "compétitivité-prix" française permettrait de créer entre 75.000 et 120.000 emplois, à condition que les entreprises jouent le jeu et privilégient la relance de l'investissement productif à l'augmentation de leurs marges.

La Suède, le Danemark et la Belgique sont les trois pays de l'Union européenne où, en 2008, le coût du travail était le plus élevé, dans l'industrie comme dans les services. Le Portugal, la Grèce et l'Espagne sont ceux où il était le plus bas.

Dès lors, l'amélioration de la "compétitivité" pourrait avoir des effets beaucoup moins positifs qu'escompté si elle ne devait porter que sur les coûts sans concerner plus largement la productivité, la qualité, l'innovation et la formation.

Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Pierre Lellouche a logiquement vanté la création de la TVA sociale début février et estimé que la France pouvait rééquilibrer ses échanges commerciaux d'ici à 2017, après avoir présenté un déficit commercial record en 2011.

Dans l'espoir d'améliorer la productivité des sociétés françaises, le gouvernement donne un mois aux partenaires sociaux pour convenir d'un cadre permettant de conclure des accords "majoritaires" au sein des entreprises sur les questions relatives à la durée du travail, son organisation ou les heures supplémentaires.

Nicolas Sarkozy a souligné que ces accords s'imposeraient à la loi, ce qui enterrerait de facto les 35 heures. Faute de compromis, un projet de loi serait déposé au Parlement au risque d'engager l'exécutif dans un rapport de force tendu à la veille des scrutins présidentiel et législatifs.

Edité par Patrick Vignal

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.