Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Coup de frein pour le marché du travail aux Etats-Unis

Reuters05/04/2013 à 19:16

LES CRÉATIONS D'EMPLOIS À LEUR PLUS BAS NIVEAU EN NEUF MOIS AUX ÉTATS-UNIS EN MARS

par Jason Lange

WASHINGTON (Reuters) - Les créations d'emploi aux Etats-Unis sont tombées en mars à leur plus bas niveau depuis neuf mois, signe que l'austérité budgétaire risque de freiner le rythme de la reprise économique.

Le département du Travail a fait état vendredi de 88.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier, trois fois moins qu'en février (268.000), alors que les économistes interrogés par Reuters en attendaient 200.000 en moyenne.

Le taux de chômage, calculé sur la base de données différentes, est parallèlement revenu à 7,6% le mois dernier contre 7,7% en février, un recul dû avant tout au fait qu'un nombre important de demandeurs d'emploi ont renoncé à chercher du travail.

Les observateurs estiment que le mauvais chiffre des créations d'emploi en mars peut s'expliquer par les hausses d'impôts et de taxes entrées en vigueur en janvier. Ainsi, bien que les ventes au détail n'aient pas encore reflété, le secteur de la distribution a supprimé 24.100 postes en mars.

"L'économie américaine vient juste de heurter un important dos d'âne", juge Marcus Bullus, directeur du trading de MB Capital à Londres.

Il est trop tôt pour dire si les coupes dans les dépenses fédérales appliquées en mars ont déjà eu des effets néfastes sur les embauches, même si la perspective même de ces coupes a sans doute pu décourager un certain nombre d'entreprises.

Wall Street a ouvert en net repli après les statistiques de l'emploi: une demi-heure après le début des échanges, l'indice Dow Jones abandonnait 1% et le Nasdaq 1,5%.

Le coup de frein au marché du travail en mars pourrait inciter la Réserve fédérale à poursuivre au rythme actuel ses achats d'obligations sur les marchés, une politique qui vise à soutenir le crédit et l'activité.

DU MIEUX POUR LA CONSTRUCTION

A contrario, l'accélération des créations de postes au cours des mois précédents avait alimenté le débat sur l'opportunité de réduire ces achats d'ici quelques mois.

"Les discussions récentes sur un retrait partiel de l'assouplissement quantitatif de la Fed était prématuré", juge Russell Price, économiste d'Ameriprise Financial Services.

Le rapport de mars n'est cependant pas totalement négatif, puisque la révision des chiffres de janvier et février fait ressortir 61.000 créations de postes que plus qu'estimé auparavant.

Le secteur de la construction a en outre créé 18.000 emplois malgré la vague de froid qui a frappé plusieurs régions du pays, un chiffre qui accrédite le scénario d'une poursuite de la reprise du marché du logement.

Mais les analystes notent que les coupes budgétaires à l'échelon fédéral ne font que commencer et qu'elles pèseront plus lourd sur la période avril-juin, qui verra s'appliquer les mesures de congés forcés non rémunérés annoncées dans beaucoup d'administrations et de services publics.

Les effectifs du secteur public n'ont diminué que de 7.000 en mars, après une hausse de 14.000 en février.

Le président de la Fed, Ben Bernanke, qui a promis de maintenir les mesures de soutien à l'économie tant que le chômage n'aurait pas nettement baissé, a déjà manifesté son inquiétude quant à l'impact potentiel des coupes budgétaires.

Et la baisse du taux de chômage en mars ne sera sans doute pas pour le rassurer: elle traduit en grande partie la sortie de 496.000 personnes de la population active. Un recul qui s'explique bien sûr par des départs en retraite ou des reprises d'études, mais aussi par le fait qu'une partie des chômeurs renonce à chercher un emploi.

Le taux de participation (la part des personnes en âge de travailler qui occupent un emploi ou en cherchent un) est ainsi retombé à 63,3%, son plus bas niveau depuis 1979.

Jason Lange; Juliette Rouillon et Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.88 -1.84%
1.173 -0.01%
49.72 +1.30%
102.95 -0.05%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.