Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COR-Le travel retail, nouveau champ de bataille du luxe

Reuters28/12/2013 à 20:58

LE TRAVEL RETAIL, NOUVEAU CHAMP DE BATAILLE DU LUXE

Correction: dans la dépêche diffusée le 18 décembre, bien lire 55,8 milliards de dollars et non d'euros au 22e paragraphe.

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Dopé par l'essor du tourisme mondial, le "travel retail" est devenu un circuit stratégique pour les marques de luxe qui accélèrent leurs investissements pour capter leur part d'un marché en pleine expansion.

Le marché des produits détaxés était autrefois associé à la vente de cartouches de cigarettes ou de bouteilles d'alcool dans des boutiques d'aéroports sans âme. Aujourd'hui, signe des temps, une édition limitée de l'Eau Impériale de Guerlain vient d'être acquise à Roissy pour 12.000 euros par un riche Chinois.

"Ce circuit touche des clients probablement plus intéressés par le luxe que la moyenne et qui sont surreprésentés", observe Patrick Albaladejo, directeur général adjoint d'Hermès.

Le sellier, qui détient une cinquantaine de points de vente dans les aéroports du monde, réduit aujourd'hui le nombre de ses "corners" au profit de magasins à part entière, susceptibles de présenter une offre élargie de produits.

Le travel retail a un poids "significatif" dans le chiffre d'affaires du groupe et sa dynamique est appelée à durer, "car l'expérience de shopping progresse considérablement dans les aéroports", ajoute le dirigeant.

Devenu un pilier de la croissance du marché du luxe, le circuit a été porté par une profonde mutation du modèle économique des aéroports transformés en véritables "malls" de luxe et se livrant à une concurrence féroce pour séduire la clientèle captive des voyageurs au long cours.

Chanel, qui compte quatre boutiques dans les aéroports asiatiques et une à Heathrow (Grande-Bretagne), va accélérer la cadence et en ouvrir deux en 2014, à Paris (Roissy) et Dubaï.

"Ce canal devient très important. Les clients passent du temps dans des aéroports qui ont des environnements de plus en plus sophistiqués. Les choses bougent, Chanel s'adapte", note Bruno Pavlovsky, président des activités mode de la marque.

UNE "GALLERIA T" À LA SAMARITAINE

Autre initiative induite par les flux touristiques, DFS, filiale de LVMH spécialisée dans les ventes de produits hors taxes, prévoit, aux dires de son PDG Philippe Schaus, d'ouvrir en Europe en 2016 ses premières "Gallerias", vastes galeries marchandes dédiées aux marques de luxe.

DFS cible d'abord Venise avant Paris, où elle pourrait ouvrir son nouveau concept "Galleria T" au positionnement très haut de gamme dans le futur complexe de la Samaritaine - propriété de LVMH - qui abritera un hôtel cinq étoiles.

Principalement installées dans des villes d'Asie, à proximité des hôtels, les Gallerias comptent aujourd'hui pour plus de la moitié des ventes de DFS, dont le métier d'origine était les concessions de duty free.

Le géant de la vente aux voyageurs pèse, selon les analystes, pour 40% des ventes du pôle de distribution sélective de LVMH, avec un chiffre d'affaires estimé à 3,2 milliards d'euros. Alors que Louis Vuitton marque le pas, le pôle a signé une croissance de 14% sur les neuf mois de 2013.

Chez Kering, ce sont les marques d'accessoires comme Gucci et Bottega Veneta - dont les produits sont plus faciles à vendre dans les aéroports que le prêt-à-porter - qui ouvrent le plus de boutiques, en priorité en Asie.

En 2013, alors que Gucci a subi un violent coup de frein, la marque a ouvert deux boutiques à Roissy et une à Dubaï.

15% DES VENTES DU LUXE CHEZ L'ORÉAL

Si les parfums et les cosmétiques se taillent encore la part du lion (28% du marché du travel retail, en progression de 10% en 2012), devant les vins et spiritueux (18%), la plus forte croissance a été signée par la mode et les accessoires (+13,5%) et par les montres et la joaillerie (+12,2%).

Chez L'Oréal, ce circuit représente déjà 15% des ventes de la division de produits de luxe (Lancôme ou Armani) du géant mondial des cosmétiques.

Soucieux d'accélérer la cadence pour parvenir à son milliard de consommateurs supplémentaires, le groupe en a fait un axe stratégique de développement en créant une direction générale dédiée au travel retail.

"Nous voulons étendre la palette de nos marques, l'offre de Vichy ou des produits grand public (L'Oréal Paris, les vernis Essie), plus récente, va être accélérée", déclare Barbara Lavernos, en charge de cette nouvelle direction.

Du côté des aéroports, la concurrence s'aiguise. Pour se différencier face aux géants de Séoul, Hong Kong, Dubaï et Londres, Aéroport de Paris a choisi de recréer le sentiment d'une promenade dans la capitale, avec verrières de style art déco et de proposer une offre pointue, à laquelle les touristes en visite dans Paris, aux parcours fléchés par des tours opérateurs, n'ont pas forcément accès.

"Les marques françaises sont plus particulièrement valorisées et certaines d'entre elles proposent chez nous la totalité de leur gamme, y compris les produits rares", commente Mathieu Daubert, directeur des commerces d'ADP.

60 MILLIARDS DE DOLLARS EN 2013

Le développement des surfaces commerciales, opérées via des concessions, se révèle aussi très rentable. L'activité "commerces & services" d'ADP représentait 34% de son chiffre d'affaires 2012 mais 49,5% de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) consolidé.

Le travel retail, qui comprend aussi les achats effectués à bord des avions ou des bateaux de croisières, a grimpé de 9,4% en 2012 à 55,8 milliards de dollars, selon l'institut Generation Research, sur un marché mondial du luxe estimé à 285 milliards par le Boston Consulting Group.

Il devrait atteindre 60,0 milliards en 2013 et quasiment doubler d'ici à 2020 avec l'explosion des flux touristiques en Asie ainsi qu'entre l'Asie et le reste du monde.

Près de la moitié de la croissance du trafic aérien mondial devrait provenir de la région Asie-Pacifique dans les années qui viennent. D'ici à 2030, selon le BCG, pas moins d'un milliard de nouveaux touristes de la région seront à même, grâce à la progression de leur revenu, de faire leur emplettes en crèmes de beauté, sacs et autres accessoires de luxe dans les aéroports de la planète.

"Le travel retail est un des circuits à plus forte croissance du luxe. La clientèle du voyage va rester un moteur très puissant", résume Mario Ortelli, analyste de Bernstein.

Edité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.