Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COP23 : Une nouvelle fois, la question des financements a crispé les négociations

Novethic20/11/2017 à 07:25

COP23 : Une nouvelle fois, la question des financements a crispé les négociations

Si la question du charbon et, dans une moindre mesure, le cas des États insulaires ont été mis en avant lors de la COP23 de Bonn. En arrière-plan, ce sont les besoins de financement de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 pour l'adaptation au changement climatique qui a opposé les pays riches et les pays en voie de développement. Le retrait des Américains a, de plus, négativement impacté ces discussions.

La COP23 s'est terminée à Bonn (Allemagne) tard dans la nuit du vendredi 17 novembre. Aucun grand texte n'y a réuni les Nations comme, ce qui n'est pas une surprise pour Barbara Hendricks, ministre fédérale allemande de l'Environnement : "Il a toujours été clair que nous ne signerions pas d'accords à Bonn comme ce fut le cas à Paris. Il s'agissait ici de franchir une étape intermédiaire importante dans la mise en œuvre de l'accord de Paris".

Concrètement, les parties - délégation américaine incluse - ont discuté ensemble d'une méthodologie pour que d'ici 2020, avec une étape intermédiaire fin 2018, les pays s'entendent sur la manière dont ils rendent compte de leurs actions en faveur du climat et de la baisse de leurs émissions. Ce sera l'objet des "dialogue de Talanoa", un concept proposé par la présidence Fidjienne. Ces échanges multilatéraux se dérouleront tout au long de 2018.

Aucune annonce financière

Mais "cela ne va pas être une mince affaire, car on s'attendait à beaucoup plus de progrès" à Bonn, souligne David Levai, de l'Institut des relations internationales (Iddri). Il note le "manque cruel de leadership" après la décision de Donald Trump de désengager son pays. Les négociateurs l'affirment. C'est encore et toujours la question du financement des 100 milliards d'euros des pays riches vers les pays en voies de développement pour leur adaptation au changement climatique qui pose problème.

"Des ouragans ont ravagé les Caraïbes, des tempêtes et des inondations ont détruit des milliers d'habitations et d'écoles en Asie du Sud et la sécheresse a affecté des millions de personnes en Afrique de l'Est. (Or) à de rares exceptions près, les pays riches sont venus les mains vides à Bonn", déplore Armelle Lecomte, spécialiste des enjeux climatiques pour l'ONG Oxfam.

Sur ce domaine, comme pour de nombreux autre, la position américaine a été un obstacle alors que Washington a confirmé une nouvelle sa sortie de l'Accord de Paris. Cela signifie donc que le pays réaffirme qu'il ne verserait pas les fonds promis par Barack Obama, notamment les deux milliards de dollars destinés au Fonds vert de l'ONU. Un signal très négatif pour le reste des contributeurs. "La position des États-Unis a une influence sur les pays développés et cela a des conséquences sur le positionnement des grands pays en développement. Chacun s'observe", décrypte Seyni Nafo, chef du groupe Afrique.

Attentes aux One Planet Summit

C'est un sujet qu'il faudra remettre sur la table lors de la COP24 qui se tiendra en décembre 2018 à  Katowice en Pologne. A moins que la centaine de grands dirigeant invités le 12 décembre à Paris, à l'occasion du One Planet Summit, un sommet climat consacré à la finance verte, ne décide de changer la donne. C'est du moins ce que veut croire Célia Gautier, responsable Climat-énergie à la Fondation pour la nature et l'homme.

Dans l'optique de ce rendez-vous, elle espère que "la France acceptera de passer de l'affichage, des grands discours aux actes concrets, et nous dise comment elle va pouvoir aider les pays en développement à s'adapter aux impacts du changement climatique. Des annonces ont déjà été faites à la COP21 mais sont insuffisantes. Il va falloir doubler l'aide apportée par la France aux pays en développement pour qu'il puisse répondre aux impacts du changement climatique".

Armelle Lecomte, d'Oxfam, appuie : "Le sommet international sur le climat, organisé à Paris le 12 décembre à l'initiative d'Emmanuel Macron, offrira une séance de rattrapage aux pays riches pour dévoiler de nouveaux engagements financiers. A commencer par la France".

Ludovic Dupin avec AFP, @LudovicDupin

Retrouvez cet article sur Novethic.fr


Mes listes

valeur

dernier

var.

38 -0.96%
4.175 -0.83%
75.366 +0.11%
192.35 +0.63%
4.545 +1.00%
12.62 +0.40%
45.805 -0.42%
31.47 +0.10%
18.825 +0.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.