Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

COP21 : coup d'envoi de la mobilisation des acteurs du monde financier

Novethic30/11/2015 à 21:28

COP21 : coup d'envoi de la mobilisation des acteurs du monde financier

Ils ne veulent plus se tenir à l’écart. Au contraire, les acteurs financiers jouent un rôle de plus en plus important dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour preuve, le nombre d’événements prévus autour de la finance tout au long de la COP21. Et les engagements de plus en plus nombreux en faveur du climat.

Lundi après-midi était donné le coup d’envoi de la mobilisation des acteurs de la finance avec une table ronde de haut niveau organisée à l’Assemblée nationale en présence de Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques financières, Irving Mintzer, conseiller du secrétaire général de l’ONU sur la question de la finance et du climat, ou encore François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

Pour rester sous un scénario de réchauffement global de 2°C d’ici la fin du siècle, "la finance est un rouage essentiel", a répété Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, en introduction de l’événement. Les acteurs de la finance sont ainsi appelés à se mobiliser sur deux axes : la mobilisation de milliers de milliards de dollars pour financer la transition énergétique, d’une part, et la mesure du risque climatique que l’on appelle risque carbone d’autre part.

 

Le risque climat intégré dans les stress tests bancaires

 

Ce lundi, à l’Assemblée, il a surtout été question du second volet. Très attendu sur le sujet, après le discours engagé de Mark Carney, son homologue de la Banque d’Angleterre, François Villeroy de Galhau, ancien N°2 de BNP Paribas et gouverneur de la Banque de France depuis le début du mois, a déclaré que le risque climatique serait intégré dans les stress tests bancaires. "Au sein du conseil de stabilité financière du G20, nous sommes en train de travailler sur une méthodologie qui devrait aboutir d’ici un an. La première étape est de construire un cadre pertinent et fiable pour permettre aux acteurs financiers de mesurer le risque carbone." En revanche, sur le financement de la transition énergétique, le gouverneur de la Banque de France a été clair. "Ce n’est pas le rôle des banques centrales."

Le 29 septembre dernier, Mark Carney, également président du conseil de stabilité financière du G20 avait présenté un rapport qui reconnaissait explicitement l’existence d’un risque carbone lié au changement climatique et avait alors pointé trois risques : physique, de responsabilité et financier. "Le changement de valorisation des actifs financiers intensifs en carbone pourraient devenir des actifs échoués (ou stranded assets)", avait-il alors déclaré. Dans son premier discours sur le changement climatique, François Villeroy de Galhau s’inscrit donc dans le sillage de Mark Carney, tout en restant prudent.

Même position au sein de la Commission européenne. Pierre Moscovici, commissaire aux affaires économiques, a conclu la table ronde en saluant le travail réalisé par le conseil de stabilité financière du G20, sans aucune annonce sur une quelconque initiative menée au sein de l’Union européenne. C’est donc bel et bien le G20 qui prend la main en matière de prise en compte du risque climatique par les marchés financiers.

 

Les principaux événements finance et climat

 

Parmi les innombrables événements consacrés à la finance et au climat tout au long de la COP21, Novethic en a retenu trois :

- Le focus sur la finance privée, dans le cadre de l’Agenda des solutions, organisé le 4 décembre dans la Zone bleue, au Bourget, sous l’égide des Nations Unies et en présence de Michel Sapin, le ministre des finances.

- Autre table ronde, "Comment mieux financer et mieux assurer pour répondre au changement climatique ?", ouverte à tous, au Grand Palais, le 5 décembre dans le cadre de Solutions COP21. Elle va réunir banquiers et assureurs.

- Et une journée dédiée à l’énergie avec plusieurs événements sur le thème du financement, le 7 décembre, au Bourget, dans les Espaces génération climat, ouverte à tous.

Selon la dernière étude du centre de recherche de Novethic, 960 investisseurs internationaux sont engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ils représentent 29 600 milliards d’euros d’actifs.

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.