Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Contrôles fiscaux : le jackpot de l'Etat

Le Parisien23/06/2015 à 07:12

Contrôles fiscaux : le jackpot de l'Etat

Ministre des Finances et des Comptes publics en temps de crise économique, les occasions de se réjouir ne sont pas si nombreuses... Michel Sapin, qui présidera ce matin le Comité national de lutte contre la fraude devant plusieurs de ses collègues ministres, n'entend pas laisser passer celle-là : qu'il s'agisse de la lutte contre la fraude fiscale, sociale ou à la TVA, l'action de l'Etat est de plus en plus efficace. Les résultats 2014, que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » dévoile en exclusivité, sont bons (lire infographie). « Ces chiffres prouvent que la mobilisation fonctionne, plastronnait hier Michel Sapin. Les échanges entre services se multiplient, le ciblage des contrôles se généralise. Année après année, la lutte contre la fraude s'étend à tous les domaines. »

En 2014, les opérations de contrôle ont permis de rectifier 15,3 Mds€ de droits et d'appliquer près de 4 Mds€ de pénalités, soit un total de 19,3 Mds€. Une enveloppe plus que rondelette. A titre de comparaison, le budget de l'Education nationale, premier poste de l'Etat en 2015, avoisine 88 Mds€.

Des sommes que l'Etat encaisse parfois avec un certain retard : entre la décision de redressement et le moment où les caisses de Bercy voient arriver l'argent du contribuable, il peut parfois s'écouler des années, comme en témoigne l'affaire Wildenstein : alors que les héritiers se sont vu notifier en 2012 le plus gros redressement de l'histoire, avec 600 M€ réclamés par le fisc, dont 250 M€ pour le seul Guy Wildenstein, les négociations durent toujours. Et pendant ce temps, l'Etat n'a pas touché un kopeck...

Cela ne semble pas non plus gâcher le plaisir de Michel Sapin, qui souligne que sur les 19,3 Mds€ dus cette année, le montant des sommes réellement perçues (encaissements) a également progressé, pour atteindre 10,4 Mds€ en 2014 (contre 10,1 Mds€ en 2013). En bref, le fisc contrôle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Mes listes

valeur

dernier

var.

1.04 -3.17%
5412.83 +0.39%
3494.2 +0.22%
0.88 +0.03%
3.47 -0.29%
0.359 -2.84%
6.592 -1.02%
90.08 -0.11%
50.64 +0.68%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.