Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Continental craint un ralentissement de la production automobile

Reuters03/08/2016 à 17:07

CONTINENTAL VOIT LA PRODUCTION AUTOMOBILE RALENTIR AU 2E SEMESTRE

BERLIN (Reuters) - L'équipementier et pneumaticien Continental se prépare à un ralentissement de la production automobile dans le monde au deuxième semestre, après avoir enregistré des résultats meilleurs que prévu au trimestre avril-juin.

Le groupe allemand, l'un des principaux fournisseurs de l'industrie automobile, bénéficie de la demande des constructeurs pour les systèmes d'assistance à la conduite et les technologies de réduction des émissions.

Ses résultats du deuxième trimestre ont été aidés par un bond de ses marges dans les pneumatiques, grâce à la baisse des prix du caoutchouc, mais la hausse de ses coûts de recherche et développement dans sa division automobile inquiète les investisseurs.

Le titre a perdu jusqu'à 3% en Bourse avant de revenir à l'équilibre dans l'après-midi, dans le sillage du secteur.

Wolfgang Schäfer, le directeur financier, a déclaré à Reuters que le groupe anticipait une légère baisse de la production automobile en Europe et aux Etats-Unis au deuxième semestre, et constatait également un ralentissement de la croissance de la production en Chine.

Le groupe basé à Hanovre a pourtant relevé son objectif de rentabilité pour l'ensemble de l'année, prévoyant désormais une marge opérationnelle ajustée supérieure à 11%, et non plus d'environ 11%, contre 11,8% en 2015.

Cette révision s'explique par la bonne tenue de la division de pneumatiques, dont la marge opérationnelle ajustée a grimpé à 19,8% sur la période avril-juin contre 18,1% un an plus tôt, grâce principalement à la baisse des cours des matières premières.

Mais la rentabilité de la division automobile, qui représentait 60% du chiffre d'affaires du groupe en 2015, a reculé d'un demi-point de pourcentage à 8,6% en raison de coûts de R&D en hausse pour les composants électriques, la conduite automatique ou les systèmes anti-pollution.

"L'aubaine de la baisse des cours des matières premières ne durera pas et ne justifie pas d'acheter Continental, ce qu'il faut c'est plus de croissance dans la division automobile", commente Sascha Gommel, analyste chez Commerzbank qui est à "conserver" sur le titre.

Wolfgang Schäfer a noté que Continental avait relevé de 6% les prix de ses pneus de remplacement au Royaume-Uni cette semaine pour tenir compte de la dépréciation de la livre, même si ce pays représente moins de 4% de ses ventes mondiales.

Il a aussi ajouté que le groupe était en "discussions permanentes" avec les constructeurs sur les prix pour les pneus de première monte et qu'il devait constamment réduire ses coûts pour faire face à des baisses de prix de 2 à 4% par an.

Au deuxième trimestre, le résultat opérationnel ajusté de Continental s'est établi à 1,3 milliard d'euros, contre 1,23 milliard il y un an. Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 1,24 milliard.

(Andreas Cremer, Benoît Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.