Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Consensus sur le retour à un Euronext continental

Reuters12/11/2013 à 23:17

PARIS (Reuters) - La partie Europe continentale d'Euronext dispose des moyens d'un développement autonome et IntercontinentalExchange (ICE) a accepté de rester à son capital le temps de structurer un noyau dur d'actionnaires, selon un rapport présenté mardi.

Chargé de ce rapport sur l'évolution de l'opérateur boursier, Thierry Francq estime qu'il existe aujourd'hui une convergence de vues entre la société et les grands acteurs financiers pour saisir cette "opportunité historique" de relance d'un Euronext européen.

Au ministère de l'Economie, on souligne que disposer d'une place financière forte est une question de souveraineté pour un pays mais aussi "crucial pour répondre aux besoins de financement des entreprises".

Dans ce contexte, le gouvernement mènera une "action forte et ciblée" pour cristalliser "ce consensus qui ne semble pas faire de doutes", indique-t-on.

La publication de ce rapport est intervenue après l'annonce en fin de semaine par NYSE Euronext et ICE de l'obtention de l'ensemble des autorisations nécessaires à leur fusion.

ICE a déjà indiqué son intention de ne conserver que la partie dérivés négociés à Londres des activités européennes de NYSE Euronext et d'introduire en Bourse début 2013 la partie Euronext, l'opérateur historique des Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

Le rapport de Thierry Francq, qui était prêt depuis le début de l'été, énumère un certain nombre de conditions, qui ont été remplies depuis, pour la relance d'un marché financier à Paris en saisissant l'opportunité de cette "autonomisation d'Euronext".

"NOYAU DUR" D'ACTIONNAIRES

Il s'agissait notamment de s'assurer qu'Euronext ait les reins suffisamment solides pour se développer de façon autonome et nouer des alliances avec d'autres opérateurs d'Europe continentale.

"J'arrive à la conclusion que 'oui'", a dit Thierry Francq, un ancien secrétaire général de l'AMF (Autorité des marchés financiers), qui dit avoir eu accès aux comptes du groupe.

Le renouvellement le mois dernier des accords qui lient Euronext avec la chambre de compensation LCH Clearnet pour la négociation de produits dérivés était une autre condition nécessaire, de même que doter Euronext d'un actionnariat stable pour son retour en Bourse.

Sur ce point, ICE a accepté de conserver, de concert avec les premiers actionnaires stratégiques, 25% du capital de la future Euronext continentale sur une période de trois ans, le temps de structurer un "noyau dur" d'actionnaires. "C'est ce qui a été obtenu", a dit Thierry Francq.

Ce noyau dur devrait regrouper les principaux acteurs des places financières concernées, des banques et des assureurs.

Leur mobilisation n'est pas simple, sur fond de grogne du monde financier devant la forte hausse de sa charge fiscale (taxe sur les salaires, taxe sur les risques systémiques) au moment où les nouvelles normes réglementaires obligent les banques à renforcer fortement leurs fonds propres.

Au ministère de l'Economie, on veut croire que le sujet est "assez largement derrière nous" avec la volonté exprimée par le gouvernement de stabiliser la fiscalité.

Mais le débat tourne aussi autour de la taxe sur les transactions financières envisagée par onze pays européens, dont l'impact sur les activités d'Euronext risque de ne pas être négligeable.

Si elle soutient le principe de cette taxe, la France entend qu'elle n'affecte pas le financement de l'économie, fait-on valoir à Bercy.

Yann Le Guernigou, édité par Cyril Altmeyer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.