Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Comptes publics : le déficit s'est réduit de 8,3 milliards en un an

Le Parisien08/07/2014 à 14:29

Comptes publics : le déficit s'est réduit de 8,3 milliards en un an

Le déficit de l'Etat français s'est établi fin mai à 64,3 milliards d'euros, en baisse de 8,3 milliards sur un an, a annoncé Bercy ce mardi. Au 31 mai 2014, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) se sont établies à 124 milliards d'euros (117,6 milliards à fin mai 2013), en hausse de 6,4 milliards d'euros, précise le ministère des Finances.

Dans le dernier collectif budgétaire, rappelle Bercy, les prévisions de recettes fiscales nettes de l'Etat avaient été révisées à la baisse de 5,3 milliards d'euros «en raison des moins-values constatées en fin d'année 2013», notamment sur l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Cet écart entre prévision et exécution a été vivement critiqué, notamment par la Cour des comptes dans son dernier rapport.

«S'agissant de l'impôt sur le revenu, l'écart constaté à fin mai par rapport à la même période l'année dernière résulterait notamment d'un effet calendaire lié à la fusion des avis d'imposition d'impôt sur le revenu et de contributions sociales», explique le ministère.

Les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) ont diminué de 2,7 milliards en mai, à 166,6 milliards d'euros. «Déduction faite des dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme Européen de Stabilité et à la Banque Européenne d'Investissement), le montant des dépenses ressort en diminution de 2,6 milliards par rapport au 31 mai 2013», précise Bercy.

Quant au déficit des comptes spéciaux, jugé «pas significatif à ce stade de l'année» car appelé à se résorber au dernier trimestre, il s'est creusé en mai, à 21,7 milliards contre 20,9 milliards il y a un an. Bercy explique ce glissement par «le fonctionnement du compte d'avances aux collectivités territoriales, par lequel l'Etat avance, en début d'année, aux collectivités le produit des impôts locaux avant de percevoir effectivement, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8252219
    08 juillet14:28

    C'EST TOUJOURS LE DÉFICIT

    Signaler un abus

  • pierry5
    08 juillet14:23

    Les conditions économiques mondiales étant assez bonne pour le moment je pense que les 4% de 2014 seront bien réalisés mais en 2015, il faudra compter à nouveau sur 6,5% ( si pas plus ) avec un rattrapage annuel pour arriver à 3 à 4% en 2021 .....( si on arrive sans casse jusque là ) on en reparlera.

    Signaler un abus

  • domin288
    08 juillet13:51

    "Déduction faite des dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir, dotation au Mécanisme Européen de Stabilité et à la Banque Européenne d'Investissement)". On emprunte pour donner. Sapin, as tu 80000 € que je puisse les offrirs a Don Corleone?

    Signaler un abus

  • wchris
    08 juillet13:23

    Déjà pour commencer, il devrait être écrit dans la constitution que pour être ministre des finances un doctorat en économie est exigé. Si on rapporte ce bel exemple à un particulier qui gagne 2000€, c'est comme d'il disait ce mois-ci j'ai réussi à ne dépenser que 2450€ au lieu de 2500. Youpi j'ai réduit mon déficit de 50€, à la fin de l'année ma banque me dira que je suis à la cave de 450 x 12= 5400€ ! (environ salaire x 3) Yes !

    Signaler un abus

  • ceriz
    08 juillet13:02

    députés , sénateurs , ministres , et tous les élus trop payés pour leurs résultats: minables!en entreprise: ces gens là seraient virés!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.