1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Comment développer l'épargne salariale ? » par Philippe Trainar (Cercle des économistes)
Boursorama15/12/2014 à 11:50

Il faudrait davantage inciter les entreprises à recourir à l'épargne salariale selon Philippe Trainar.

Le développement de l'épargne salariale figure parmi les mesures contenues dans le projet de loi présenté par Emmanuel Macron. Selon l'économiste Philippe Trainar, pour être efficace, cette mesure devra passer par une incitation des entreprises à y recourir.

L'épargne salariale est née de la volonté d'association « capital-travail ». Initialement, elle a été portée par le patronat chrétien puis par les gaullistes sociaux, qui sont à l'origine de l'ordonnance qui a rendu obligatoire la « participation aux bénéfices ». Plus récemment, dans les années 80-90, le « profit sharing », notamment sous la forme de distribution d'actions, a été recommandée par certains économistes en raison de la flexibilité qu'elle introduit dans la rémunération des salariés en fonction de la performance de l'entreprise, tandis que les économistes libéraux mettaient en garde contre le cumul des risques du salarié sur son entreprise. Cette dernière formule a été très utilisée dans les start-ups dont la croissance impose de modérer les distributions de salaires.

De façon générale, la gauche a été hostile à l'épargne salariale, au motif de la priorité à accorder à la lutte des classes et de la volatilité introduite dans la rémunération des salariés. Après avoir cherché un temps à en généraliser l'usage, au nom de l'égalité et au vu des gains réalisés par les bénéficiaires, elle est revenue à une attitude hostile au motif qu'elle donnerait de mauvaises incitations aux bénéficiaires, notamment des incitations à une prise de risque excessive.

En France, l'épargne salariale prend essentiellement la forme de « l'intéressement » (formule facultative, instaurée en 1959 et utilisée pour intéresser le personnel à la performance de l'entreprise) ; de la « participation aux bénéfices » (formule obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, instaurée en 1967 pour encourager la collaboration entre le capital et le travail) et du « plan d'épargne salariale » (formule facultative, sans obligation d'investissement dans l'entreprise, instaurée en 1967 pour encourager les salariés à la prévoyance).

Ces formules bénéficient d'un régime fiscalo-social favorable : dès lors que les fonds restent bloqués pendant cinq ans, le salarié est exonéré de l'impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux... sous réserve d'un prélèvement de 20% sur 97% des montants versés, et d'un prélèvement de 15,5% les gains et plus-values réalisées. Quant aux versements de l'entreprise, ils ne sont pas soumis à l'impôt sur les sociétés.

Pour développer l'épargne salariale, il faudrait améliorer l'incitation des entreprises à y recourir. Pour cela, il faudrait tout d'abord assouplir les trois formules de l'intéressement, de la participation aux bénéfices et de l'épargne salariale, qui sont trop lourdes et complexes à gérer, d'autant qu'elles supposent un accord d'entreprise avec les partenaires sociaux.

Il faudrait ensuite supprimer les prélèvements sociaux de 20% et 15,5%, sachant que les versements dont bénéficie le salarié ne donnent droit à aucune prestation sociale et qu'ils sont risqués.

Enfin, il faudrait bannir toute possibilité de déblocage anticipé des fonds par décision unilatérale du législateur car il impose des coûts dissuasifs aux entreprises concernées.

Philippe Trainar

Philippe Trainar est directeur des risques et membre du comité de direction du groupe Scor mais aussi professeur à l'Université Paris-Dauphine. Il est également membre du Conseil d'analyse économique et de la Commission économique de la nation ainsi que président de la Commission de gestion des risques de la Fédération française des sociétés d'assurance.

Ses principaux domaines d'expertise sont la macro-économie ; le risque et l'assurance ; la fiscalité ; les retraites et la protection sociale ; la finance et l'économie internationale.

 

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 

20 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8885793
    18 décembre03:14

    En effet Métastok, c'est un domaine dont je ne sais pas grand chose. Mais je ne stigmatisais que l'investissement dans les actions de l'entreprise dans laquelle on travaille. Par contre depuis plus de 40 ans je regrette de voir que le Capitalisme Populaire ne se développe pas plus en France. Si c'est comme vous dites, alors c'est bien. On ne manque pas d'excellents opcvm chez nous.

    Signaler un abus

  • metastok
    17 décembre14:37

    M8885793, vVous ne devez pas connaître grand chose à l'épargne salariale pour affirmer que c'est mettre son épargne et son boulot dans le même panier. Depuis un bon moment déjà, dans les offres de qualité, le salarié a le choix dans une multitude fonds Carmignac, Tocqueville, DNCA, financière de l'échiquier, Comgest, LCF, EdR etc et le teneur de compte est complètement indépendant de l'entreprise. Aucun risque donc sur l'épargne en cas de faillite de l'entreprise...

    Signaler un abus

  • OSS119
    16 décembre21:07

    L'économie ira tout simplement mieux lorsque l'Etat aura compris et accepté qu'il faut mieux rémunérer ceux qui travaillent et moins les assistés (dont les retraités, les "malades", et autres bénéficiaires) qui vivent des prélèvements sur les premiers

    Signaler un abus

  • M8885793
    16 décembre17:53

    Pitoyables commentaires !.... C'est vraiment pas gentil de dire ça... Et puis il y a de très nombreuses personnes qui travaillent dans de très petites entreprises même pas capitalisées. Auchan ne peut pas employer tout le monde. Reste quand même vrai que c'est imprudent de mettre ensemble son épargne et son boulot.

    Signaler un abus

  • metastok
    16 décembre16:08

    Que de pitoyables commentaires....L'épargne salariale, c'est ce qui a permis (entre autres) à une caissière du groupe Auchan de prendre sa retraite en 2007 avec un pactole de plus d'un million d'€. Quand les crétins de communistes auront compris que tout ce que veulent les entrepreneurs, ce sont des salariés efficaces et que pour cela ils sont prêts à partager les richesses crées, alors ils cesseront de se vautrer dans le misérabilisme et le nivellement vers le bas.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5580.38 +0.31%
CGG
1.67 -0.24%
1.12394 +0.08%
72.87 -0.26%
2.341 -2.46%

Les Risques en Bourse

Fermer