Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Climat : le financement Nord-Sud au coeur des négociations

Novethic19/10/2016 à 10:07

Climat : le financement Nord-Sud au coeur des négociations

En amont de la COP22, qui se tiendra du 7 au 18 novembre prochain au Maroc, l’OCDE publie un rapport pointant le manque de financements du Nord vers le Sud. Malgré une nette augmentation, le compte n'y est toujours pas. Il fait état de 67 milliards de dollars mobilisés. Un montant qui reste inférieur aux 100 milliards de dollars annuels promis par les pays développés aux pays en développement pour lutter contre les effets du réchauffement global et accélérer leur transition énergétique. Décryptage.

Un chiffre cristallise les négociations internationales sur le climat : la mobilisation, d’ici 2020, d’une enveloppe de 100 milliards de dollars annuels promis par les pays développés aux pays en développement. Une promesse exprimée une première fois en 2009 lors de la conférence de Copenhague et réitérée lors de la COP21.

Une promesse faite au nom de la justice climatique : la lutte contre le réchauffement de la planète doit reposer en premier lieu sur les épaules des pays du Nord, dont le développement économique a été assuré par les énergies fossiles. Et bénéficier aux pays du Sud, les premiers affectés par le dérèglement climatique, mais dont la vulnérabilité économique ne permet pas d’en compenser les impacts.

 

Quelle mobilisation du secteur privé ?

 

Le document de 40 pages publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à l'occasion de la "pré-COP22" (la réunion ministérielle préparatoire à la prochaine conférence internationale sur le climat) montre qu’à trois semaines d’un sommet mondial sur le climat qui veut être celui de la concrétisation et de l’action, les flux agrégés de financements publics s’élèvent à 67 milliards de dollars. Un progrès par rapport aux 61,8 milliards de dollars (un mix de fonds publics et privés) répertoriés en 2015, mais une somme toujours insuffisante par rapport aux engagements pris par les pays développés.

Par ailleurs, l’OCDE n'avance aucun chiffre relatif aux financements du secteur privé, un scénario pourtant largement mis en avant dans les négociations sur le climat : l’argent public doit avoir pour principal objectif de servir de levier pour les financements privés. En fait de chiffres concrets, l’organisation établit plutôt plusieurs projections, qui vont de 77 à–3 milliards, avec une hypothèse médiane de 92 milliards. Les fonds privés pourraient ainsi dépasser au total les 100 milliards en 2020, note le rapport.

Une vision optimiste que relaie Ségolène Royal, ministre de l’Environnement et présidente de la COP21, à qui fut remis le rapport, ainsi qu’à Michel Sapin, ministre de l’Économie et des finances. Elle compte précisément sur cet effet de levier et déclare à l’AFP que "le privé va aller beaucoup plus vite et plus loin qu'on le pense".  

 

300 milliards de dollars de coûts d’adaptation d’ici 2030

 

La présentation du rapport coïncide avec la publication par les pays du Nord d’une feuille de route par l’Australie et la Grande-Bretagne. "Nous sommes confiants et pensons que nous remplirons l'objectif des 100 milliards de dollars à travers une variété de sources et réaffirmons notre engagement à le faire", souligne le document, signé par 38 pays développés.

Une initiative saluée par Armelle Le Comte, chargée de plaidoyer climat et énergie à Oxfam France, pour qui "la publication de cette feuille de route – qui s’est longtemps fait attendre – est une avancée dans la lutte contre le changement climatique". Mais elle juge son contenu décevant : "Même si elle prévoit que le financement de l’adaptation devrait doubler d’ici 2020 (par rapport à 2013-2014), cela reste largement insuffisant au regard des besoins sur le terrain. L’adaptation n’atteindrait en 2020, malgré cette augmentation, que 20% des 100 milliards de dollars promis. L’ONU estime que les coûts de l’adaptation pourraient atteindre d’ici 2030 entre 140 et 300 milliards de dollars dans les pays en développement".

Un volet hautement sensible de la finance verte, dont les acteurs privés auront l’occasion de débattre lors du Climate Finance Day, qui se tiendra le 4 novembre à Casablanca.

Retrouvez cet article sur Novethic.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.