Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Chypre cherche un "plan B" et inquiète la zone euro

Reuters21/03/2013 à 09:23

CHYPRE À LA RECHERCHE D'UNE ALTERNATIVE SUR LE PLAN DE SAUVETAGE

par Michele Kambas et Matt Robinson

NICOSIE (Reuters) - Le président chypriote, Nicos Anastasiades, doit rencontrer ce jeudi les responsables des principaux partis du pays pour évoquer un "plan B", à la suite du refus mardi du Parlement d'entériner la taxation des dépôts proposée par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre d'un plan de sauvetage.

Aucun des 56 députés n'a voté en faveur du plan de dix milliards d'euros de l'UE, qui impliquait une taxation des dépôts bancaires chypriotes. Trente-six ont voté contre tandis que 19 autres, membres du parti conservateur de Nicos Anastasiades, s'abstenaient.

L'accord obtenu samedi entre les ministres des Finances de la zone euro prévoyait que Chypre lève 5,8 milliards en ponctionnant les dépôts dans les banques chypriotes à hauteur de 6,75% en dessous de 100.000 euros et de 9,9% au-delà.

Plusieurs dirigeants de la zone euro, dont la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, ont exprimé mercredi leurs inquiétudes, alors que Dmitri Medvedev, Premier ministre russe, a regretté que l'UE se comporte comme un "éléphant dans un magasin de porcelaine".

Jean-Marc Ayrault a reproché à Nicosie d'avoir déclenché un vent de panique en annonçant une taxation des petits dépôts et a appelé le gouvernement chypriote à faire en sorte que "les très riches déposants" soient mis à contribution pour protéger "les petites gens, les gens modestes, les épargnants qui n'ont pas à payer la facture".

La BCE a elle maintenu la pression sur Chypre, en prévenant qu'elle pourrait cesser d'alimenter en liquidités ses banques, tant que le plus petit pays de la zone euro n'aurait pas accepté un plan de sauvetage.

PAS D'ACCORD AVEC MOSCOU

Nicos Anastasiades, élu président en février, doit rencontrer les responsables politiques chypriotes à 09h30 locales (07h30 GMT), après que les discussions menées mercredi se sont soldées sans résultat.

Un responsable du gouvernement a annoncé que les banques du pays, fermées depuis le week-end, ne rouvriraient pas avant mardi.

Le "plan B" pourrait comprendre la nationalisation de fonds de pension et d'entreprises semi-publiques, une émission obligataire liée aux revenus attendus d'un gisement gazier découvert en 2011, et un maintien éventuel de la taxation des épargnants mais pour les dépôts dépassant 100.000 euros.

Michael Sarris, ministre des Finances, a prolongé son séjour en Russie, à qui Chypre demande de proroger de cinq ans, jusqu'en 2021, un prêt de 2,5 milliards d'euros obtenu en 2011 et qui vient à échéance en 2016, et revoie à la baisse son taux d'intérêt (4,5%).

Nicosie souhaiterait en outre que la Russie, dont les ressortissants ont déposé des milliards d'euros dans les banques chypriotes, lui prête cinq milliards d'euros supplémentaires, mais aucun accord n'a été trouvé mercredi.

Le gouvernement chypriote a par ailleurs démenti avoir conclu la vente de Cyprus Popular Bank, l'une des principales banques du pays, à des investisseurs russes pour tenter de résoudre la crise du système bancaire national.

Julien Dury pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

63.21 +0.99%
42.82 -0.09%
1.228 -0.30%
125.5 -0.40%
11.6 -1.11%
101.62 -0.71%
1.276 -0.18%
18.529 -0.01%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.