Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CHRONOLOGIE des négociations du Brexit

Reuters15/12/2017 à 15:26
    BRUXELLES, 15 décembre (Reuters) - Chronologie des 
négociations du Brexit entre Londres et les Européens. 
     
    23 JUIN 2016 
    Après 43 ans d'appartenance à la communauté européenne, les 
électeurs britanniques se prononcent par référendum à près de 
52% pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 
    David Cameron, le Premier ministre conservateur qui a 
organisé cette consultation et fait campagne pour le maintien 
dans l'UE, annonce sa démission. Le 13 JUILLET, il cède sa place 
à sa ministre de l'Intérieur, Theresa May. 
     
    17 JANVIER 2017 
    Devant des diplomates étrangers et les négociateurs 
britanniques du Brexit réunis à Lancaster House, là même où 
Margaret Thatcher avait annoncé en 1988 le soutien britannique 
au marché unique, Theresa May annonce que le Royaume-Uni 
quittera le marché unique européen en même temps que l'Union 
européenne. 
    "Pas d'appartenance partielle à l'Union européenne, pas de 
statut de membre associé de l'UE, rien qui nous laisse à moitié 
dehors, à moitié dedans. Nous ne cherchons pas à adopter un 
modèle dont bénéficient déjà d'autres pays", annonce-t-elle.  
    "Même si je suis sûre qu'un accord positif peut être trouvé, 
je suis également claire pour dire qu'aucun accord pour la 
Grande-Bretagne vaut mieux qu'un mauvais accord", ajoute-t-elle. 
  
         
    29 MARS 2017 
    Neuf mois après le vote des Britanniques, May enclenche 
formellement la procédure de divorce avec l'Union européenne en 
activant dans une lettre au président du Conseil européen, 
Donald Tusk, l'article 50 du traité européen de Lisbonne. 
  
    Le texte prévoit que "tout État membre peut décider, 
conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de 
l'Union" et fixe un délai de deux ans pour négocier les 
modalités du divorce. 
    Le Brexit devra être négocié et ratifié d'ici au 29 mars 
2019. 
     
    31 MARS 2017 
    Donald Tusk répond à Londres en présentant la feuille de 
route des Européens pour les négociations à venir, avec une 
première phase portant sur les modalités du divorce et dans un 
deuxième temps seulement la négociation d'une éventuelle période 
de transition et des futures relations commerciales entre 
Londres et les Européens. 
    Parmi leurs exigences, les Européens réclament le règlement 
des engagements financiers existants pris par Londres - la 
facture doit se chiffrer en dizaines de milliards d'euros - et 
l'octroi d'un permis de résidence aux 3 millions de 
ressortissants européens vivant en Grande-Bretagne. Il s'agit 
aussi d'éviter le retour d'une frontière "physique" entre la 
république d'Irlande et l'Irlande du Nord. 
    "Ce n'est qu'une fois que nous aurons accompli des progrès 
suffisants sur (les modalités du) retrait que nous pourrons 
discuter du cadre de notre relation future", insiste-il. 
  
     
    8 JUIN 2017 
    Les élections législatives anticipées ordonnées par May pour 
asseoir son autorité tournent au cauchemar pour la Première 
ministre: son Parti conservateur perd sa majorité absolue à la 
Chambre des communes, May est contrainte de négocier avec le 
Parti unioniste démocratique d'Ulster (DUP) pour se maintenir au 
pouvoir. Sa position est fragilisée avant même le lancement 
officiel de négociations avec Bruxelles.   
     
    19 JUIN 2017 
    L'Union européenne et la Grande-Bretagne tiennent une 
première journée de discussions formelles au terme de laquelle 
elles fixent le calendrier des négociations. "Cette première 
session a été utile mais l'heure tourne", déclare Michel 
Barnier, le négociateur en chef des Européens.   
     
    22 SEPTEMBRE 2017 
    Dans un discours prononcé à Florence, haut lieu de la 
Renaissance italienne, Theresa May tente de relancer des 
négociations qui piétinent en se prononçant pour une période de 
transition de deux ans environ après le Brexit pendant laquelle 
le Royaume-Uni se maintiendrait dans le marché unique. 
    Elle offre également quelques concessions sur les modalités 
du divorce en promettant notamment que les 27 autres Etats 
membres ne subiront pas de préjudice financier en raison du 
Brexit sur la période budgétaire européenne pluriannuelle en 
cours, qui expire à la fin 2020.   
     
    Le 28 SEPTEMBRE, à l'issue du quatrième tour de 
négociations, Barnier fait état d'une "nouvelle dynamique" 
insufflée par le discours de Florence.   
    Mais le 29 SEPTEMBRE, Jean-Claude Juncker, le président de 
la Commission européenne, relève qu'il faudra des "miracles" 
pour passer à la seconde phase des négociations dès le Conseil 
européen des 19 et 20 octobre.   
     
    5 OCTOBRE 2017 
    Au congrès annuel du Parti conservateur à Manchester, le 
discours de clôture de Theresa May, émaillé d'incidents, expose 
crûment sa vulnérabilité.    
    Une trentaine de députés frondeurs du Parti conservateur 
tentent de lancer un processus de primaire interne pour la faire 
chuter. Leur initiative échoue mais en étalant les divisions 
internes, ils fragilisent encore Londres face aux négociateurs 
européens.   
     
    19-20 OCTOBRE 2017 
    Les dirigeants des Vingt-Sept jugent que le compte n'y est 
toujours pas sur la première phase, notamment sur la question 
des obligations financières du Royaume-Uni, et s'abstiennent de 
passer à la phase 2.   
     
    8 DECEMBRE 2017 
    "Fumée blanche" à Bruxelles où le Royaume-Uni et l'Union 
européenne annoncent à l'aube un accord de principe sur les 
modalités de leur divorce, ce qui va leur permettre de passer à 
la seconde phase des négociations.   
     
    15 DECEMBRE 2017 
    Réunie en sommet à Bruxelles, l'Union européenne valide 
l'ouverture de la deuxième phase des négociations sur la sortie 
du Royaume-Uni de l'UE tout en mettant en garde contre la 
difficulté des discussions à venir.   
 
 (édité par Henri-Pierre André) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

16.465 +0.34%
1.231 0.00%
4.8 0.00%
1.783 -0.03%
0 0.00%
8.92 -1.11%
13.98 +0.12%
59.4 -1.46%
84.5 +0.91%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.