Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Choc du franc suisse : les premiers effets se font sentir sur l'économie réelle

Boursorama27/04/2015 à 13:59

Le franc suisse "fort" pénalise les exportations, mais l'excédent commercial helvétique est largement préservé.

On s’attendait à ce que le franc suisse fort pénalise l’économie helvétique. C’est effectivement le cas : les premières statistiques trimestrielles montrent une dégradation des exportations du pays. Toutefois, la casse reste limitée en fonction des secteurs.

Avec la hausse régulière des marchés européens depuis le début d’année, on l’aurait presque oublié : en janvier dernier, la Banque Nationale de Suisse (BNS) défrayait la chronique en supprimant son plancher de parité monétaire avec l’euro.

Prévisions en berne

Après 3 ans de parité bloquée à 1.20 CHF pour 1 EUR, le franc suisse s’était soudainement revalorisé le 15 janvier dernier avec l’annonce inattendue de la BNS de laisser sa monnaie évoluer en change flottant au lieu du change semi-fixe qui prévalait jusqu’alors avec la monnaie européenne.

Le prix des actions suisse en avait immédiatement pâti. Un franc suisse « fort » était en effet considéré comme une mauvaise nouvelle pour les exportations du pays, susceptibles de pénaliser les comptes des grandes multinationales basées en Suisse.

Après avoir atteint dès le 15 janvier un seuil proche de 1 CHF pour 1 EUR, la vapeur s’était inversée au cours du mois de février, le franc suisse revenant progressivement à un niveau de 1,07 CHF pour 1 EUR. Toutefois, depuis le début du mois de mars, une revalorisation du franc suisse s’observe, avec une parité revenue à 1,03 CHF pour 1 EUR au 27 avril. Le franc suisse reste donc actuellement toujours aussi « fort » qu’il y a trois mois.

Dégradation des exportations… mais amélioration de la balance commerciale

Pour cette raison, le chiffre des exportations suisses du premier trimestre 2015 était surveillé avec une certaine attention. Résultat des courses : au T1, les exportations suisses ont reculé de 1,4% par rapport au même trimestre de l’année précédente, selon un chiffre de l’Administration fédérale des douanes repris par Les Echos.

Plus étonnant : les importations ont elles aussi diminué, et dans une proportion plus forte que les exportations : leur contraction a été de 4,4% sur la même période.

Ainsi, malgré la baisse des exportations, la balance commerciale suisse parvient à s’améliorer par rapport à l’année dernière. L’excédent commercial sur le premier trimestre 2015 a été de 8,2 milliards de francs suisses, avec des exportations chiffrées à 50,6 milliards de CHF comparées à des importations d’une valeur de 42,4 milliards de CHF.

Les différents secteurs ne sont pas soumis à la même enseigne

Toutefois, « ce montant global dissimule d’importantes disparités », relevait Jean-Jacques Franck des Echos. « Le secteur le plus touché est celui de l’industrie des machines et de l’électronique » expliquait-il, alors que « les ventes ont reculé de 6,5% au premier trimestre ».

D’autres secteurs s’en sortent beaucoup mieux : « La pharmacie, championne de l’export helvétique, a moins souffert, avec une diminution tout de même de 3,5% » relevait la même source. L’optimisme est même de mise pour le secteur du luxe alors que les exportations du secteur horloger ont quant à elles progressé de 3,1% sur la même période, sans parler du chiffre spectaculaire de la joaillerie, où les exportations ont augmenté de 21,7%, un chiffre spectaculaire.

Si le commerce suisse ne connaît donc pas forcément la crise, c’est aussi parce que les entreprises ont réagi rapidement pour éviter une mauvaise passe. Les Echos citaient ainsi Frédéric Demagistri, membre de l’Administration fédérale des douanes, qui relevait que « toutes branches confondues, les prix ont baissé à l’export » au cours du dernier trimestre. Cette baisse des prix aurait permis de conserver un important volume de ventes à l’export, se traduisant par des chiffres certes mitigés, mais loin d’être catastrophiques.

X. Bargue

Relisez nos articles sur le « choc du franc suisse » survenu en janvier :

- 15 janvier : Krach de la Bourse suisse : clôture à -8,67% après un passage à -13% en séance

- 16 janvier : Seconde chute de la Bourse suisse (-5,96% en clôture) : pourquoi une telle décision de la BNS ?

- 21 janvier : Choc du franc suisse : des centaines de millions de pertes dans la finance

- 28 janvier : La Suisse prévue en récession en 2015 à cause du choc monétaire

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.