1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chine-Les exportations à un pic, une guerre commerciale redoutée

Reuters08/03/2018 à 11:53
    * Le commerce suggère que la croissance économique reste
solide 
    * Exportations: +44,5% en février, importations:+6,3%
    * Excédent commercial en hausse de près de 44% en
janvier-février
    * Les USA finalisent la hausse des droits de douane 
    * Pas de menace à court terme pour la Chine 

    par Elias Glenn
    PÉKIN, 8 mars (Reuters) - Les exportations chinoises ont crû
à leur rythme le plus rapide en trois ans en février, ce qui
donne à penser que la croissance économique du pays est vouée à
rester solide malgré une possible rapide détérioration des
relations commerciales avec les Etats-Unis.
    Les tensions commerciales sont devenues le principal risque
auquel la Chine est confrontée cette année depuis l'annonce par
Donald Trump de l'imposition de tarifs douaniers sur l'acier et
l'aluminium, a dit à Reuters Zhou Hao, économiste pour les
marchés émergents chez Commerzbank.
    Les Etats-Unis veulent imposer des droits de douane de 25%
sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium
afin de défendre une industrie sidérurgique américaine "décimée
par des décennies de commerce inéquitable", a déclaré jeudi
dernier l'hôte de la Maison blanche.  
    Les exportations chinoises ont progressé de 44,5% en février
sur an, dépassant largement l'anticipation médiane des analystes
qui était d'une croissance de 13,6%, après un gain de 11,1%,
montrent les statistiques officielles publiées jeudi. 
    Les importations, elles, ont avancé de 6,3%, en deçà du
consensus établi à 9,7%, et marquent une net ralentissement par
rapport au bond de 36,9% enregistré en janvier.
    Les analystes ont toutefois averti que les données chinoises
sont souvent très volatiles en début de l'année, en raison des
importantes perturbations causées par les longs congés du Nouvel
an lunaire, qui est tombé à la mi-février cette année contre fin
janvier l'an dernier.
    Mais les données combinées de janvier et de février ont
également montré une accélération spectaculaire de la croissance
des exportations, une évolution de bonne augure pour Pékin qui
cherche à réduire les risques pesant sur le système financier
sans pour autant freiner brusquement l'activité économique.
    Sur la période réunie de janvier et février, les
exportations ont augmenté de 24,4% sur un an, contre 10,8% en
décembre et une hausse à un chiffre sur la même période il y a
un an, malgré une solide appréciation du yuan de nature à
inquiéter les exportateurs.  
    "La reprise généralisée à l'oeuvre dans les principaux
marchés d'exportation de la Chine pourrait expliquer en partie
pourquoi les exportations sont restées assez solides", estime
Betty Wang, économiste chez ANZ.
    
    GUERRE COMMERCIALE
    Mais des tensions avec les Etats-Unis "sont certainement une
inquiétude à court terme et un risque à la baisse à court terme
pour les perspectives commerciales de la Chine", a-t-elle
ajouté.
    L'excédent des échanges de biens de la Chine avec les
Etats-Unis, un point sensible dans les relations entre les deux
pays, s'est légèrement rétréci le mois dernier, mais il est plus
élevé cette année qu'à la même période l'an dernier.
    L'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis s'est
élevé à 20,96 milliards de dollars (16,91 milliards d'euros) en
février, contre 21,895 milliards de dollars en janvier.
    Soutenues par le boom des échanges mondiaux, les
exportations chinoises ont progressé l'an dernier à leur rythme
le plus rapide depuis 2013 et ont été l'un des principaux
moteurs permettant à l'économie de dépasser la prévision de
croissance de 6,9%.
    Mais les négociations commerciales tendues avec les
Etats-Unis de l'an dernier se concrétisent désormais et
pourraient peser sur les perspectives de la Chine. 
    Donald Trump devrait finaliser les nouveaux tarifs douaniers
pour l'acier et de l'aluminium ce jeudi ou vendredi afin de
contrer les importations bon marché, en particulier en
provenance de Chine, bien qu'il ait laissé miroiter des
exemptions pour le Mexique, le Canada et d'autres alliés proches
de Washington.   
    Les nouvelles mesures devraient entrer en vigueur dans
environ deux semaines, mais les économistes prévoient dans
l'immédiat peu d'impact vis-à-vis de la Chine.
    La Chine a déjà réduit ses exportations d'acier vers les
Etats-Unis en raison d'une forte demande intérieure et de droits
anti-dumping américains, et si les expéditions d'aluminium
représentent environ 10% de ses exportations mondiales de
métaux, ce nombre reste faible par rapport à la totalité des
exportations de la Chine, selon l'économiste d'ING, Iris Pang.
    "Dans l'ensemble, l'impact direct sur la Chine est minime",
écrit-il dans une note publiée jeudi.
    Il estime cependant qu'au fil du temps, toute mesure
punitive supplémentaire des Etats-Unis et d'éventuelles
représailles de la part de la Chine ou de ses principaux
partenaires commerciaux réduiraient les flux commerciaux
mondiaux, perturberaient les chaînes d'approvisionnement
internationales et ralentiraient la croissance mondiale.
    La Chine pourrait davantage souffrir avec les projets
américains visant à lutter contre l'infraction à la propriété
intellectuelle, susceptibles d'affecter ses ventes de produits
technologiques à haute valeur ajoutée. Les exportations
technologiques mondiales de la Chine ont enregistré de solides
gains à deux chiffres au cours des deux premiers mois de
l'année.
    Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a
prévenu jeudi que la Chine prendrait les mesures nécessaires en
cas de guerre commerciale avec les Etats-Unis, mais qu'un tel
conflit n'aboutirait qu'à créer des dommages de tous les côtés.
  
    "Sur le papier, la Chine a plus à perdre d'une guerre
commerciale: elle exporte beaucoup plus vers les Etats-Unis
qu'elle n'en importe", souligne Capital Economics.
    "Mais (pour les Etats-Unis), il y a peu de sources
alternatives concernant les principaux produits qu'elle achète
en Chine", comme les téléphones portables, les tablettes et les
équipements de réseaux, ajoute le cabinet d'études.
    
    CROISSANCE AUSSI DES IMPORTATIONS 
    La demande intérieure de la Chine semble également solide,
en dépit d'un marché de l'immobilier en baisse et d'une hausse
des coûts d'emprunt, qui devraient à terme priver l'économie
d'un certain dynamisme.
    Sur la période réunie de janvier à février, les importations
ont progressé de 21,7%, contre 4,5% en décembre, grâce notamment
aux matières premières, les aciéries ayant réapprovisionné les
stocks de minerai de fer avant la reprise saisonnière de la
construction au printemps. 
    L'excédent commercial de la Chine est ressorti à 33,74
milliards de dollars en février, nettement au-dessus des 600
millions de dollars prévus, après 20,35 milliards de dollars en
janvier. 
    L'excédent commercial réuni en janvier-février a lui crû de
43,6% sur un an à 54,32 milliards de dollars.
    Ces performances commerciales laissent augurer d'une
éventuelle bonne surprise lors de la publication des données sur
la production industrielle et celle du produit intérieur brut
(PIB) pour le premier trimestre dans son ensemble. 
    Les analystes interrogés par Reuters en début d'année
s'attendent à un léger ralentissement du PIB à 6,6% ce
trimestre, contre 6,8% à la fin de l'année dernière.
    Le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré lundi que
son pays visait à nouveau un taux de croissance économique
d'environ 6,5% cette année, comme celui de 2017, qui a été
dépassé.  

 (avec Lusha Zhang, Claude Chendjou pour le service français,
édité par Benoît Van Overstraeten)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

193.53 +1.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.