Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Chili-Duel ouvert entre Piñera et Guillier à la présidentielle

Reuters17/12/2017 à 10:59
    par Caroline Stauffer 
    SANTIAGO, 17 décembre (Reuters) - Le second tour de 
l'élection présidentielle, ce dimanche, déterminera si le Chili 
reste ancré au centre gauche ou s'il bascule à droite comme 
l'ont fait une série de pays d'Amérique latine ces dernières 
années. 
    Un duel plus ouvert qu'on ne le pensait initialement oppose 
l'ancien président Sebastian Piñera, milliardaire conservateur 
de 68 ans, au journaliste et sénateur de centre gauche Alejandro 
Guillier, âgé de 64 ans. 
    Sebastian Piñera passait pour le favori durant la campagne 
électorale mais, lors du premier tour le 19 novembre, il a 
réalisé un score inférieur (36,6%) à ce que lui prédisaient les 
sondages, relançant les chances de voir le pays rester à gauche, 
après le mandat de la présidente Michelle Bachelet. 
    Le candidat de centre gauche, qui a obtenu 22,6% le 19 
novembre, a bénéficié durant l'entre deux-tours du ralliement de 
la candidate de la gauche antilibérale Beatriz Sanchez, qui, 
sous les couleurs de la coalition Frente Amplio, a recueilli 
environ 20% au premier tour. 
    Si Beatriz Sanchez a annoncé qu'elle voterait Guillier pour 
barrer la route à Piñera, qui a déjà été président de 2010 à 
2014, rien ne dit que ses partisans la suivront dans son choix. 
    "Ne pas se rendre aux urnes, c'est accorder la victoire à 
l'élite des puissants. Nous pouvons continuer de lutter pour un 
Chili plus juste", a souligné Guillier jeudi, lors de son 
dernier meeting de campagne. 
    Les deux candidats en lice au second tour souhaitent 
préserver le modèle d'économie libérale du Chili, mais Piñera a 
promis des baisses d'impôt pour doper la croissance, tandis 
qu'Alejandro Guillier, lui, entend poursuivre les réformes 
engagées par Michelle Bachelet dans l'éducation, la fiscalité et 
le travail. 
     
    NOUVELLE CONSTITUTION 
    Alejandro Guillier, candidat sous la bannière de la 
coalition Nueva Mayoria de Bachelet, a réalisé au premier tour 
le plus faible score d'un candidat de centre gauche depuis le 
retour de la démocratie en 1990, signe du large mécontentement 
de l'opinion contre la présidente sortante. 
    Les électeurs de gauche jugent la politique sociale de la 
présidente trop timide, tandis que pour l'opposition 
conservatrice, les mesures qu'elle a prises ont entretenu 
l'incertitude sur les marchés financiers et nui aux 
investissements privés, si bien que la croissance économique 
moyenne a été seulement de l'ordre de 1,8% par an sous Bachelet. 
    Le fort soutien dont ont bénéficié au premier tour Beatriz 
Sanchez ainsi qu'un candidat très marqué à droite, José Antonio 
Kast, a conduit Piñera aussi bien que Guillier à tenter 
d'attirer vers eux des électeurs mécontents du statu-quo. 
    Piñera, économiste formé à Harvard qui a fait fortune en 
lançant les cartes de crédit au Chili dans les années 1980, dit 
vouloir créer un fonds de pension public chargé de rivaliser 
avec les fonds de pension chiliens privés, fortement critiqués, 
et développer la gratuité de l'enseignement. 
    Guillier, ancien journaliste de radio et de télévision du 
nord du Chili, veut développer l'accès à un enseignement 
supérieur gratuit et inscrire les droits des indigènes et des 
travailleurs dans une constitution appelée à remplacer celle 
héritée de la dictature Pinochet.  
    Contrairement à ce qui est le cas dans la plupart des pays 
d'Amérique latine, le vote n'est pas obligatoire au Chili, pays 
de 17 millions d'habitants. 
 
 (Eric Faye pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

5447.44 +0.00%
87.92 0.00%
2.72 +3.03%
1320.13 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.