1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ceta : entre fantasmes et réalité
Le Point28/10/2016 à 10:38

"Nous regrettons finalement que cette discussion, qui est une discussion de principe, tombe sur ce traité avec le Canada, qui est certainement l'un des pays les plus proches de nous au monde, tombe sur ce traité qui est certainement, effectivement, l'un des plus avancés au monde". L'auteur de cette phrase n'est autre que Paul Magnette, le ministre président de Wallonie, celui-là même qui menacait, jusqu'à jeudi matin, d'enterrer définitivement l'accord économique et commercial global (AECG) que l'Union européenne a négocié avec le Canada depuis sept ans, plus connu sous son acronyme anglais, Ceta.

>> À lire aussi :

Paul Magnette : radicalement socialiste

Ceta : accord-surprise entre parties belges

Peu importe, finalement, les qualités ou les défauts intrinsèques de cet accord touffu disponible en français sur Internet. Débordé sur sa gauche par le PTB, sorte de NPA belge, qui a effectué une percée dans les sondages, à 16 % des intentions de vote, le Parti socialiste wallon était condamné à durcir ses positions. Et à porter la méfiance grandissante des citoyens européens envers le libre-échange, érigé en symbole d'une mondialisation déséquilibrée loin de bénéficier à tous. D'autant...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • marcsim5
    28 octobre12:43

    La marche forcée vers une certaine idée de l’Europe, piétinant au passage toute réflexion en la qualifiant de fantasme, mettra en place une triste réalité à la tête des états nations.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer