1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ces «illettrés» de Gad qui ne pardonnent pas à Macron
Le Parisien24/01/2015 à 13:32

Ces «illettrés» de Gad qui ne pardonnent pas à Macron

Venu présenter ses excuses aux ex-salariés de l'abattoir de porcs Gad de Lampaul-Guimiliau (Finistère) qu'il avait traités d'« illettrés » en septembre sur Europe 1, Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, n'est pas reparti les mains vides. Un des 889 employés licenciés lui a glissé entre les mains un paquet de lettres en nouille comme on en met dans la soupe des enfants. Sans oublier la fève qu'il a trouvée dans une part des dix-huit galettes des Rois de la cérémonie de vœux de la députée locale PS Chantal Guittet à laquelle Emmanuel Macron s'était invité pour ces excuses. Et le ministre a tenu à acheter 35 exemplaires du livre écrit par l'ancien leadeur de la lutte pour la survie de l'abattoir, Olivier Le Bras, « le Visage des Gad ».

« Il veut en offrir un à chacun des autres ministres du gouvernement, raconte le syndicaliste FO. Ce serait bien qu'ils le lisent pour comprendre notre combat et réfléchissent à des solutions. » Si Olivier Le Bras a dit au ministre que, par sa venue et ses excuses, la page était tournée pour lui, il n'en est pas de même pour nombre d'autres salariés. « J'ai toujours de la haine, assure Pascale. Je ne lui pardonnerai pas ces mots qu'il n'avait pas à dire. Point ! » Pourtant, elle est bien venue assister à la cérémonie, comme moins d'une centaine des ex-Gad. Par leur absence, beaucoup voulaient signifier la profondeur de la blessure.

« Il aurait fallu qu'il vienne plus tôt, ajoute Marc, quatorze ans passés à l'abattoir. Je serai satisfait de ses excuses quand j'aurai retrouvé un travail ! » Plus d'un an après les licenciements, le bilan des reconversions est médiocre : sur les 889 ex-CDI de Gad Lampaul-Guimiliau, seuls 116 ont retrouvé un poste à durée indéterminé et 77 un CDD.

« Qu'Emmanuel Macron présente ses excuses en face-à-face était indispensable, affirme Olivier Le Bras. Il l'a fait en disant avoir été mal compris : parler d'illettrisme, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3866838
    24 janvier18:11

    Au fait, il l'a déclaré ou pas sa résidence secondaire?

    Signaler un abus

  • tibetain
    24 janvier16:10

    Parce que tout est savates qui prient celles des autres...

    Signaler un abus

  • tibetain
    24 janvier16:09

    Je vous explique Mr le ministre si vous le voulez ce qu'est l’économie quand on a un stylo et si vous voulez je vous l'explique sans stylo...

    Signaler un abus

  • tibetain
    24 janvier16:08

    Parlez moi pas, je suis Gad! Et alors, tout est certain que la nouille sait toujours trouver les violons...

    Signaler un abus

  • tibetain
    24 janvier16:07

    J'ai le certificat moi! j'ai le certificat moi! Nouille je suis et puis alors je paries que tu n'aime pas me recompenser en sous. C'est pas la peine Monsieur, l’économie est une nouille dans les enfers si on ne sait pas l'en sortir!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer