Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

LMdG Flex Croissance (EUR) R Eur

1 425.640EUR
+0.30% 

FR0010626853 - UBS La Maison de Gestion

OPCVM dernier cours connu au 17/04/2018
  • Fonds partenaires

    Oui - 0%

  • Éligibilité

    -

  • Actif net (milliers EUR)

    28.02.18 / 15 658.34

  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter LMdG Flex Croissance (EUR) R Eur à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter LMdG Flex Croissance (EUR) R Eur à mes listes

    Fermer

CCR AM : La fin du Roi dollar ?

Boursorama03/12/2009 à 11:00
Communiqué

La fin du Roi dollar ?

Douze ans après la crise asiatique, quinze ans après la crise mexicaine, le marché des changes connaîtra sûrement de nouvelles tensions en 2010. L’éclatement de la zone euro évoqué par certains observateurs l’an dernier n’est pas d’actualité : le fantasme du retour des devises nationales européennes provoqué par les faillites de l’Irlande et de la Grèce ou bien souhaité par l’Espagne et l’Italie pour procéder à des dévaluations compétitives demeure improbable. C’est du côté de la devise américaine que les inquiétudes sont aujourd’hui les plus fondées et les variations les plus amples.

Les précédentes crises de change au cours des vingt dernières années ont eu pour seules victimes des devises de pays émergents. Le déroulement des événements est relativement classique : le tarissement des réserves fait douter les investisseurs étrangers de la solidité de l’économie et engendre des retraits massifs de capitaux, faisant chuter la parité de la devise et plongeant le pays dans une récession profonde. Le cas du dollar, devise de référence des échanges internationaux, est plus complexe car sa détention ne se borne pas au territoire américain. Les incertitudes sur le périmètre exact de la masse monétaire s’ajoutent aux ingrédients d’une dévaluation déjà présents : outre-Atlantique, les dépenses publiques ont été -et seront encore probablement- nécessaires pour maintenir à niveau la demande intérieure. Ces dépenses budgétaires additionnelles aggravent une situation économique déjà affaiblie par le coût des opérations extérieures. Les déficits publics battent des records et la Fed a plus que doublé son bilan. Et quand tout le monde est convaincu de la réalité d’un risque de baisse, la tentation de tirer le premier peut chatouiller les investisseurs. La déconfiture des hedge funds fin 2008 illustre ces réactions en chaîne. Alors, doit-on douter de la signature du Trésor ?

Pas forcément, car personne n’a intérêt à ce que la devise américaine s’effondre. Ni les européens, qui souffrent en terme compétitif d’un euro trop fort, ni les pays "émergents" -la Chine en tête- dont les réserves sont encore majoritairement libellées en dollars. Effet vertueux de la baisse du dollar, les exportations made in USA sont subventionnées, tandis que la consommation de produits importés s’amenuise : la balance commerciale pourrait retrouver rapidement un équilibre salutaire. De plus, la dette et la devise américaines conservent leur statut de valeurs refuges, comme le montre l’analyse des flux du premier trimestre 2009. Enfin, l’augmentation structurelle de l’épargne intérieure nourrit la demande en emprunts d’États. Si le scenario extrême d’une hyperinflation zimbabwéenne aux USA peut donc raisonnablement être écarté, la dévalorisation structurelle du dollar poussera les économies émergentes à poursuivre la diversification progressive de leurs excédents. La révolution en marche n’a pas décapité le dollar, mais le régime des échanges mondiaux évolue vers une monarchie parlementaire. L’or et l’euro ont encore de beaux jours devant eux !

Julien Vincenti, Gérant Allocation d’Actifs

CCR Asset Management


Mes listes

valeur

dernier

var.

CGG
1.898 +2.59%
1.231 0.00%
8.885 -0.62%
215.65 -0.39%
1.89 0.00%
1.278 0.00%
3.83 +0.66%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.