1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Carlos Ghosn de nouveau inculpé par le parquet de Tokyo
Reuters11/01/2019 à 12:08

    * Ghosn accusé d'abus de confiance aggravé et de minoration
de
revenu sur 2015-2018
    * Nissan dépose plainte au pénal contre Ghosn
    * 

 (Actualisé avec plainte pénale de Nissan contre Ghosn et
précisions)
    par Kiyoshi Takenaka et Tim Kelly
    TOKYO, 11 janvier (Reuters) - Carlos Ghosn, détenu depuis le
19 novembre au Japon pour des soupçons de malversations
financières à la tête de Nissan  7201.T , a été inculpé vendredi
de deux chefs d'accusation supplémentaires, a annoncé vendredi
le parquet de Tokyo.
    Son avocat Motonari Otsuru a annoncé avoir déposé une
demande de libération sous caution de son client.
    L'ancien président de Nissan a été inculpé d'abus de
confiance aggravé, pour avoir provisoirement fait passer en 2008
dans les comptes du constructeur japonais des pertes sur des
investissements personnels, et de minoration de revenus sur la
période 2015-2018.
    Carlos Ghosn encourt une peine maximale de 15 ans de prison,
a déclaré le parquet de Tokyo. 
    Arrêté le 19 novembre au Japon, Carlos Ghosn, qui est
toujours PDG de Renault  RENA.PA  et de l'alliance
Renault-Nissan, a déjà été inculpé une première fois, le 10
décembre, pour n'avoir déclaré que la moitié de sa rémunération
de 2010 à 2015.   
    Carlos Ghosn rejette ces accusations. Il a clamé son
innocence et déclaré avoir été injustement placé en détention
lors d'une audience mardi devant le tribunal du district de
Tokyo, sa première apparition publique depuis son arrestation.
 
    Il est rare au Japon d'être libéré sous caution avant son
procès, notamment lorsque l'accusé rejette les accusations
portées à son encontre. 
    Motonari Otsuru a jugé probable mardi que son client, qui
souffre selon lui d'une forte fièvre, soit maintenu en détention
jusqu'au début de son éventuel procès, qui pourrait se tenir
dans environ six mois. 
    Même si la demande des avocats de Carlos Ghosn était
acceptée, ce dernier ne serait probablement pas libéré avant
mardi, lundi étant férié au Japon.
    L'ex-administrateur de Nissan, Greg Kelly, libéré sous
caution mardi, et Nissan ont été également inculpés pour avoir
sous-estimé les revenus de Carlos Ghosn sur la période
2015-2018. Ils doivent déjà répondre des mêmes accusations pour
les cinq années précédentes.
    L'avocat de Greg Kelly, Yoichi Kitamura, a dit s'attendre à
ce que son client et Carlos Ghosn soient jugés ensemble pour les
deux accusations de minoration de revenus et qu'il travaillera
en étroite collaboration avec la défense de l'ancien président
de Nissan.
    Vendredi également, Nissan a annoncé le dépôt auprès du
tribunal de Tokyo d'une plainte au pénal contre Carlos Ghosn.
    Le constructeur japonais a dit avoir pris cette initiative
"sur la base du détournement d'une somme importante des fonds de
l'entreprise". "Nissan ne tolère en aucune façon de tels méfaits
et réclame de sévères sanctions", a déclaré le constructeur dans
un communiqué.  
    
    ATTACHEMENT À L'ALLIANCE 
    Lors de son audience publique mardi, Carlos Ghosn a affirmé
avoir toujours agi avec l'aval de la direction de Nissan, y
compris au sujet du transfert dans les comptes du constructeur
japonais des pertes de 1,85 milliard de yens (14,5 millions
d'euros) sur des investissements personnels.
    Nissan et Renault  RENA.PA , qui détient 43,4% du capital du
constructeur japonais, ont réuni jeudi leur conseils
d'administration respectifs pour faire le point sur les enquêtes
menées sur Carlos Ghosn. 
    A l'issue de cette réunion, Nissan a publié un communiqué
dans lequel il réaffirmé son attachement à l'alliance formée par
les deux constructeurs.
    Renault de son côté a déclaré que sa propre enquête interne
sur la rémunération des membres du comité exécutif n'avait pas
permis de découvrir de fraude sur les deux années passées.
 
    L'épouse de Carlos Ghosn, Carole, a publié pour sa part
jeudi un communiqué dans lequel elle demande aux autorités
japonaises des informations sur la santé de son mari, qui
souffrirait d'une forte fièvre.

 (Chris Gallagher et Kaori Kaneko, Jean Terzian, Claude Chendjou
et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité
par Bertrand Boucey et Marc Joanny)
 

Valeurs associées

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8569221
    11 janvier12:31

    je suis outré de la manière dont un capitaine de l'industrie Française a redressé l'industrie RENAULT, et a rendu rentable et profitable l'industrie NISSAN. Si c'est là le remerciement japonais, il y a beaucoup d'ingratitude de leur part. En lui infligeant des conditions de détention difficiles, c'est un moyen d'avoir des aveux "sous contrainte".

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer