1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 :triste fin de semaine, la hausse du pétrole sans effet
Cercle Finance03/04/2020 à 18:37

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris (-1,57% à 4.154Pts) acheve cette semaine assez nettement dans le rouge, sur un score cumulé de -4,5.

L'Euro-Stoxx50 reperd -0,95% vers 2.662, le repli global étant freiné par la résilience de Francfort qui ne s'effrite que de -0,4%.

A Wall Street, cela se passe de plus en plus mal avec une chute de -2,2% du Dow Jones et du Nasdaq.

Le point d'orgue de cette séance a retenti à 14H30 avec la publication du 'NFP' du mois de mars aux Etats Unis: les services fédéraux -qui s'appuient sur des données collectées jusqu'au 12 mars- n'ont comptabilisé que -701.000 destructions d'emplois (-713.000 dans le secteur privé) en mars alors que les 2 derniers rapports du Département du Travail établissent que la réalité se situe au-delà de 10 millions d'emplois détruits le mois dernier.

De même, le taux de chômage est estimé en hausse de 3,5% vers 4,4% alors que la réalité se situe bien au-delà de 10%.

La population active reste ancrée vers 62,7% (-0,7% seulement) alors que le score a probablement plongé sous les 55 (bien en-deçà des planchers de 2008/2009)...

Alors que l'économie US s'est littéralement figée mi-mars, on assisterait à une hausse de +0,4% des heures travaillées contre +0,2% anticipée, ce qui évidemment n'a aucune espèce de pertinence: c'est le fruit d'une 'projection' purement statistique, complètement déconnecté de la réalité du terrain.

Autre 'stat' très attendue, car plus collée à l'actualité: l'indice final IHS Markit de l'activité de services aux États-Unis s'établit à 39,8 en mars, en nette baisse par rapport à février (49,4) mais un peu au-dessus du consensus de 39,1.

L'indice ISM des 'services', calculé par l'institut des directeurs d'achats US, s'est établi pour sa part à 52,5 pour le mois écoulé, contre 57,3 en février, et alors que le consensus l'attendait en repli bien plus marqué vers 44.

Autre photographie d'une réalité révolue : en février 2020, le volume des ventes du commerce de détail a augmenté de 0,9% dans la zone euro et de 0,8% dans l'UE, par rapport à janvier, selon Eurostat. En janvier, il avait augmenté de 0,7% dans la zone euro et de 0,8% dans l'UE en rythme séquentiel.

En février 2020 par rapport au même mois de 2019, l'indice des ventes de détail a progressé de 3,0% dans la zone euro et de 3,2% dans l'UE, après des progressions en rythme annuel de respectivement 2,2% et 2,4% en janvier.

On se reconnecte par contre au réel avec les PMI 'composites' et les PMI des 'services' (secteur tertiaire) : l'indice PMI 'composite' IHS/Markit de l'Eurozone (indice des directeurs d'achat) s'est effondré en mars de 51,6 vers 29,7 (contre 31,4 annoncé en estimation flash).

L'activité dans le secteur des services a chuté de moitié, à 26,4 en mars, contre 52,6 en février (estimation flash de 28,4), soit la plus forte chute depuis que cette jauge existe.

En France, le PMI des 'services' chute pratiquement de moitié vers 27,4 (contre 52), en Italie, c'est une véritable désintégration avec une division quasiment par 3, de 49 vers 17,4 (après environ 51 en janvier).

L'indice PMI composite du CIPS et d'IHS Markit du Royaume Uni a chuté de 53 en février à 36 en mars (37,1 en estimation flash), son plus bas niveau jamais atteint depuis le début de la série d'enquêtes, contre un précédent plus bas de 38,1 en novembre 2008.

Dans l'actualité des valeurs, EDF (+1%) annonce que pour répondre aux enjeux de solidarité et de responsabilité qu'impose la situation actuelle, son conseil d'administration a décidé de proposer à l'assemblée générale de ne pas verser de solde de dividende au titre de 2019.

Total rechute de -7,5% (à 33,53) malgré un baril de Brent en hausse de +12% vers 33,3$ (et +4% sur le WTI a 36,4$).

Rechute alarmante de Natixis (-18,5% vers 1,85E) au sein du SBF-120 sous 2E, le secteur bancaire/assureurs souffre également au sein du CAC40 avec des replis de -3% à -5% sur Sté Générale, AXA et BNP-Paribas.

Getlink indique que son conseil d'administration a décidé de ne pas proposer lors de son assemblée générale le paiement du dividende de 0,41 euro par action au titre de 2019, dont le versement aurait représenté un décaissement de 225,5 millions d'euros en mai.

Bank of America Global Research réaffirme sa recommandation 'achat' sur Michelin avec un objectif de cours de 100 euros, notant que le titre du pneumaticien se traite 10,2 fois le BPA attendu pour 2021, contre une moyenne passée de 12 fois.

L'analyste Oddo BHF a confirmé ce matin sa recommandation 'achat' sur le titre du groupe Accor, mais revoit son objectif de cours, passant de 31 à 26 euros après la suspension du dividende en 2020.

Valeurs associées

Euronext Paris +3.71%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer