Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : sauver le support des 4.780 va devenir compliqué
Cercle Finance27/10/2020 à 16:47

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (-1,8%) accélère sa chute et se retrouve au plus bas du jour, vers 4.730, et au plus bas depuis 6 semaines, enfonçant assez franchement le support des 4.780.. et il ne reste plus qu'une heure pour réussir à le préserver.

Cela va être compliqué car la tendance générale en Europe (-1,3% pour l'E-Stoxx50) s'alourdit dans le sillage du Dow Jones qui lâche -0,5%, tandis que le Nasdaq ne parvient à rester 'dans le vert'(+0,5%) grâce aux GAFA.

Alors qu'un reconfinement 'dur' se profile en France dès ce weekend (G.Darmanin annonce des décision 'difficiles, ce sera d'ailleurs pire le weekend qu'en semaine, le seul droit qui restera en France sera celui d'aller travailler, aucune distraction ni dépense 'non essentielle' ne sera plus autorisé début novembre), les économistes recommencent à faire leurs compte: chaque jour de reconfinement de type 'mars/avril' ampute notre PIB de 2MdsE, ce qui est exorbitant en terme de déficits induits.

Côté chiffres US, c'est plutôt rassurant: les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté de 1,9% en septembre par rapport au mois précédent, selon le Département du Commerce, là où les économistes anticipaient en moyenne une progression de seulement +0,5%.

Petite déception sans conséquence avec la, parution de la confiance du consommateur aux Etats-Unis qui s'est un peu tassée en octobre, d'après l'indice du Conference Board qui ressort à 100,9, à comparer à 101,3 le mois précédent (révisé par rapport à 101,8 en estimation initiale pour septembre).

La nouvelle que Wall Street aimerait entendre ne vient toujours pas: les pourparlers sur l'adoption d'un 'stimulus package' pouvant aller jusqu'à 2.200Mds$ semblent toujours dans l'impasse... mais le Congrès -d'après les rumeurs internes- se donne encore de 4 jours pour trouver un compromis.

AU niveau sanitaire, les investisseurs semblent prendre la mesure de ce qui se prépare, c'est-à-dire des re-confinements stricts dans le monde occidental.

En France, deux conseils de crise doivent se tenir aujourd'hui et demain à l'Elysée, à l'issue desquels des décisions vont être prises, les pistes allant actuellement d'un couvre-feu dès la fin des heures de bureau à un re-confinement de plus en plus restrictif.

Dans un cas comme dans l'autre, la croissance française va aller au tapis au 4ème trimestre et préserver les achats de Noël - puis les congés de fin d'année - pourraient bien être un objectif inatteignable, un déconfinement généralisé fin décembre avec des fêtes de famille par millions déboucherait sur une 3ème vague d'ici Pâques.

Dans un tel climat, la publication des indicateurs économiques passe au second plan.

Dans l'Hexagone, les prix de production de l'industrie ont augmenté de 0,3% en septembre 2020, après une stabilité en août, d'après les données de l'Insee. Sur un an, ils restent néanmoins en retrait de 2,1% en septembre, comme au mois précédent.

De leur côté, les prix d'importation des produits industriels se montrent quasi stables en septembre (-0,1% après une stabilité au mois précédent). Sur un an, ils reculent de 4,3% (après -3,5% au mois précédent).

Le début de journée avait également été marqué par une impressionnante vague de résultats trimestriels, avec les publications de nombreux poids lourds européens.

Si les bancaires Santander et HSBC ont annoncé un recul de leur produit net bancaire de 11% en données publiées, BP renoue avec les bénéfices (86 millions d'euros) après une perte de 7 milliards au 2e trimestre.

Cela ne dope pas le secteur bancaire français : BNP-Paribas chute de -4,5%, tout comme Crédit Agricole et Sté Générale (un nouveau mur de faillites et de défauts se dresse pour les 2 prochains mois).

De son côté, Capgemini (+2% après -6,5% la veille) a réalisé un chiffre d'affaires de 4.008 millions d'euros, en hausse de 15,6% à taux de change courants et de 18,4% à taux de change constants par rapport au même trimestre de l'année dernière.

Enfin, Novartis a publié un résultat net du troisième trimestre de 1,93 milliard de dollars, en baisse de 5% (stable à changes constants) et un résultat opérationnel core en hausse de 9% (+11% à changes constants), grâce à la baisse des dépenses et à l'amélioration de la marge brute.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.23%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer