1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : plus spectaculaire krach de l'histoire, BCE en échec?
Cercle Finance12/03/2020 à 18:41

(CercleFinance.com) - Le CAC40 subit sa plus lourde correction en une séance deson histoire (il avait perdu un peu moins de 10% le 19 octobre 1987).

Le krach le plus phénoménal a été observé à Milan avec -16,9% à 14.900Pts: c'est là que se situe le noeud du risque systémique, la BCE se montrant peu pro-active sur le sujet (beaucoup moins que sous Mario Draghi qui affichait sa volonté de comprimer les 'spread' de taux.

Le '10 ans' italien (le 'BTP') a vu son rendement exploser de +75Pts, de 1,10 vers 1,85%, ce qui suffit à caractériser une anxiété absolue.

Christine Lagarde a rappelé que dans ce genre de cas de figure, c'était aux Etats de s'impliquer via des politiques fiscales et monétaires volontaristes.

La petite phrase de Ch.Lagarde que tout le monde va retenir, c'est que 'personne ne doit s'attendre à ce que la banque centrale soit la 1ère ligne de défense en temps de crise'.

Or c'est exactement un discours inverse que les opérateurs espéraient: des banques centrales droites dans leurs bottes avec tout ce qu'il faut dans leur boite à outil pour ramener un semblant de sérénité.

Les investisseurs ont eu le sentiment que la BoE la veille puis la BCE ce jeudi agissaient sans véritable concertation... et puis la FED vient d'annoncer porter son 'repo' de 175Mds$ à 500Mds$: c'est donc le signal d'une injection illimitée de cash sur les marchés... et tout cela est annoncé en moins de 36H, donc de façon apparemment coordonnée.

C'est à double tranchant: cela signifier qu'il n'y aura pas de crise de liquidité mais cela peut également être interprété comme la preuve que la situation est jugée gravissime (1.500Mds$ supplémentaires seront injectés).

Le Dow Jones est repassé de -9,5% à -3,2% sur la nouvelle (de 21.300 à 22.838, soit +1.500Pts) avant de retomber très vite à -6%, vers 22.100.

La nervosité demeure paroxystique avec un 'VIX' qui demeure proche de ses records à 64 (c'est à dire des niveaux de 'panique').

Avec ce krach 'atypique' (les opérateurs soulignent sa violence sans précédent, car du 14 à -17% à Madrid et Milan, c'est sans précédent), l'ambiance se situe entre désarroi total et 'mode panique', car la BCE n'a pas réussi à rassurer.

L'Euro-Stoxx50 s'est également désintégré de plus de 12,4% vers 2.545Pts alors que le DAX affiche -12% et -15% en moyenne au sud.

La BCE 'voit une dégradation considérable des conditions de croissance' en zone Euro (une croissance nulle est possible, sinon probable au 1er semestre 2020) mais s'engage à opérer des soutiens ciblés sur les dettes des entreprises (en espérant une reprise au second semestre car le 'choc sanitaire' sera temporaire).

Afin de faciliter les capacités de prêt des banques, les TLTRO vont être étendus sur la période 2020/2021 à des conditions plus favorables (taux du jour -25Pts de base).

La BCE annonce revanche étendre son programme de rachats d'actifs annuel de +120MdsE mais sans préciser s'il s'agit d'une extension du 'QE' actuel (de 20 à 35MdsE/mois): par rapport aux 80MdsE par mois du 'QE' de Mario Draghi, cela fait 'petit bras'.

La BCE n'a pas procédé à une baisse du taux de prises en pension de -0,50 à -0,60%: les experts s'accordent sur le fait qu'une telle baisse aurait eu peu d'effet sur l'économie et serait plus pénalisant pour les banques.

La réunion de 'revue stratégique des missions de la BCE' prévue pour cet automne va être repoussée de 6 mois, donc à 2021 au mieux.

A Wall Street, la déception européenne se double du choc de l'annonce par Donald Trump de la fermeture du ciel américain aux avions en provenance d'Europe: après avoir nié le risque d'un pandémie et de foyers de contamination aux Etats Unis, il prend une décision radicale qui semble consacrer l'arrêt brutal de l'activité économique aux Etats Unis.

A Wall Street, les coupe-circuits ont été activés alors que le Dow Jones et le S&P500 perdaient -7,2%... mais les transactions ont repris sur des baisses de plus de 8 puis 9,5%.

Le Dow Jones pulvérise son plancher de fin décembre 2018, le Nasdaq plonge de -7,7% sous les 7.400.

Le Dollar reprend près de +1% vers 1,1160% tandis que le pétrole rechute de -6% vers 31$.

Enfin, le bitcoin n'offre aucun refuge face à la tourmente boursière : il se désintègre de -25% vers 5.950$.

Au sein du CAC40: les banques s'effondrent de -12 à -15% (Natixis à -22%), Renault replonge de -22% vers 16,3E, Airbus de -15%, Bouygues et Engie de -17%, Accor de-16%.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.21%
NEXC +0.42%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5011.98 -0.21%
36.115 -0.85%
1.13275 -0.06%
14.53 +0.28%
15.266 +2.51%

Les Risques en Bourse

Fermer