Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : limite la casse grâce à 1 vague de rachats sur Nasdaq
Cercle Finance11/05/2021 à 18:04

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris limite la casse à -1,9% et surtout, le CAC40 préserve la zone support des 6.265/6.270.

Le CAC40 perdait en effet -2,4% (sous 6.230) à 1 heure de la clôture alors que les 3 principaux indices US lâchaient plus de 1,5% respectivement, et jusqu'à -2,2% sur le Nasdaq (revenu au contact des 13.100) et qui cassait d'importants supports.

Une heure plus tard, il ne perdait plus que -0,5% et le S&P500 à peine -1%.

C'est un 'grand classique' : les gérants US viennent liquider des positions sur nos places européennes pour soutenir Wall Street et empêcher que les indices US se retrouvent confrontés à un potentiel scénario correctif.

Le scénario de 'pullback' du Nasdaq présente en effet de nombreux points communs avec fin février 2020, avec des niveaux de surévaluation bien plus extrêmes qu'à l'époque.

Et cela vaut également pour le S&P500: la nervosité ressurgit, le 'VIX' fait un bond de +10%, vers 21,5.

L'Euro-Stoxx50 devra être surveille de près: il s'expose à un double-top qui prend forme avec une chute de -2% vers 3.930.

Les avis divergent au sujet de l'imminence de la menace d'une résurgence de l'inflation, qui pourrait conduire la Fed à revoir sa politique monétaire ultra-accommodante.

Les sociétés de la haute technologie, souvent tributaires de financements extérieurs, sont considérées comme les principales victimes d'un cycle de resserrement monétaire qui viendrait renchérir le coût du crédit.

Quoiqu'il en soit, les actions de la zone euro sont jugées moins exposées au 'reflation trade' en cours, ce qui pourrait les amener à continuer à surperformer.

'Beaucoup de bonnes nouvelles économiques semblent avoir déjà été intégrées aux Etats-Unis, mais c'est moins le cas dans la zone euro', expliquent les analystes de Capital Economics.

Le début de la séance a été ponctuée par de l'indice ZEW mesurant le moral des investisseurs allemands : il remonte de 13,7 points ce mois-ci pour s'établir à +84,4 points en mai, soit son niveau le plus élevé depuis le début de la pandémie et même depuis février 2000.

'Le ralentissement de la troisième vague de Covid-19 a rendu les experts financiers encore plus optimistes', réagit Achim Wambach, le président de l'institut, qui pointe aussi l'amélioration de l'indice évaluant la situation actuelle, de 8,7 points pour atteindre -40,1.

Il faudra en revanche attendre demain pour prendre connaissance des chiffres très attendus de l'inflation aux Etats-Unis, qui pourraient déterminer la tendance lors des jours qui viennent.

En attendant, le Dollar se raffermit de +0,3% vers 1,2160 alors que le rendement du T-Bond grimpe de +2,5Pts, vers 1,625%.

A Paris, Renault ferme la marche avec -6,5% (support des 33E menacé) et ST-Micro chute de -3,3% dans le sillage du 'SOXX' aux Etats Unis.

Alstom (-2%) publie un résultat net ajusté (des activités poursuivies, part du groupe) en baisse de 34% à 301 millions d'euros au titre de l'exercice 2020-21, et une marge opérationnelle ajustée de 7,3% (8% sur le périmètre historique), contre 7,7% en 2019-20. Le chiffre d'affaires de l'équipementier de transports a augmenté de 7% à 8,8 milliards d'euros (-4% en organique) pour des commandes de 9,1 milliards.

Sur la base des résultats annuels d'Alstom (dont il détenait 3,12% du capital à fin avril), Bouygues indique que la contribution d'Alstom à son résultat net du premier trimestre 2021 se monte à 120 millions d'euros, à comparer à 35 millions un an auparavant.

Capgemini annonce avoir signé un contrat d'une durée de cinq ans avec le constructeur aéronautique Airbus pour l'accompagner dans la refonte de son poste de travail collaboratif au niveau mondial (méthodes et outils de travail).

Pierre & Vacances annonce avoir accepté une offre ferme de financement de la part de certains de ses partenaires bancaires existants, porteurs d'EuroPP 2022 et 2025, et porteurs d'Ornane pour un montant global maximum, en principal, de 300 millions d'euros.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.20%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer