Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : les supports craquent de toute part, un février bis ?
Cercle Finance28/10/2020 à 16:18

(Crédit photo : L. Grassin)

(Crédit photo : L. Grassin)

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris accélère sa chute (-3,5%, à 4.565 points) alors que le compte à rebours du reconfinement a démarré dès les 1ères rumeurs qui circulent depuis 48H.

Les marchés s'apprêtent donc à affronter la seconde vague de fermeture d'une partie de l'économie (tourisme, hôtellerie, commerces 'non essentiels', avec comme corolaire le plongeon des ventes de voitures, des transactions immobilières, etc.), et la question qui taraude les marchés, c'est quid de la 3ème vague, de la 4ème, etc.

La chute de l'Euro-Stoxx50 qui flirte avec les -3,5% (alors que Francfort perd près de -4%) commence à ressembler au début de la correction survenue fin février, avec l'enfoncement en cascade de supports court, puis moyen terme: la rupture s'est matérialisée hier en Europe, elle ne fait donc que commencer, et la BCE devra user d'un 'verbe magique' demain pour tenter de ramener un peu de sérénité.

De nombreux gouvernements européens multiplient les initiatives pour tenter de juguler l'accélération de la propagation du virus, qui menace une reprise économique mondiale déjà fragile, l'Irlande, l'Espagne et la France choisisse la méthode qui cause le plus de dégâts économiques et psychologiques (solitude, dépression, rupture du lien social à grande échelle).

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a prévenu que les décisions prises pourraient être 'difficiles'.

En Allemagne, Angela Merkel envisagerait d'imposer de nouvelles restrictions à la circulation du virus qui pourraient prendre la forme d'un 'confinement léger'.

Les économistes rappellent que chaque jour de reconfinement de type mars/avril est susceptible d'amputer le PIB français de deux milliards d'euros.

Dans ce contexte, la confiance des ménages dans la situation économique en France a diminué en octobre (l'indicateur synthétique perd un point à 94), retrouvant son niveau de juillet et août et demeurant en dessous de sa moyenne de longue période (100): la prochaine enquête risque d'être beaucoup moins favorable et de ressembler à celle du mois de mars.

L'Insee, qui publie ces chiffres précise que les ménages sont aussi moins optimistes sur leur situation financière future : le solde correspondant perd trois points et repasse en dessous de sa moyenne de longue période.

Sur les marchés, les intervenants privilégient désormais les valeurs sûres, à commencer par les 'GAFAM' américaines qui ne semblent pas connaître la crise.

Le Dow Jones perd cependant -2,2% après 1/2H de cotations (chute sous 26.850), le S&P500 -2,2%, le Nasdaq -1,9%.

La chute des indices US est depuis 3 jours ralentie par la résilience d' Apple, Microsoft, ou Amazon qui semblent plus invulnérables que jamais et dopés par la crise sanitaire, qui virtualise le mode de vie des consommateurs.

Hier soir, Microsoft a ainsi présenté un bénéfice net en hausse de 30%, à 13,9 milliards de dollars, au titre du 1er trimestre 2020/21.

Le CAC40 est plombé par la rechute de -7,1% de Renault, les -6,5% d'Atos, les -6% d'Unibail, les -5,3% d'Essilor et le SBF120 voit chuter Alten de -13,5%, FNAC Darty de -12,7%, Sopra-Steria de -11,5%.

Seul Carrefour surnage (+2,3%) avec une nette progression de son chiffre d'affaire (de près de +8%) alors que la crise du Covid recentre les dépenses des ménages sur les produits 'essentiels'.

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • penilope
    28 octobre17:16

    ce sera pire la semaine prochaine qd trump va contester les resultats des elections.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer