1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : l'euphorie se calme, ventes de détail US décevantes
Cercle Finance13/12/2019 à 15:12

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris a rouvert sur un 'gap' haussier de +1,4%, inscrivant dès les 1ers échanges un nouveau record annuel à 5.972 (contre 5.966 en intraday le 27/11), le CAC40 'GR' battant un nouveau record absolu à 16.225.

Les gains se sont ensuite réduits et le CAC ne gagne plus que 0,7% à 5.925: à ce rythme ce sera un peu juste pour inscrire un zénith annuel de clôture.

'A ce stade, l'indice CAC 40 ne devrait pas s'arrêter sur ce plafond, mais renouer avec son plus haut annuel, avant de finaliser cette longue phase haussière à hauteur du niveau symbolique des 6.000 points. Au-delà de cet aspect technique vers cette course au record, l'indice CAC 40 devrait certainement être aidé dans les séances à venir par des effets d'habillages de performance, surtout après un exercice aussi bénéfique', commentent les équipes de Kiplink.

Si les indices boursiers vont finir la semaine largement dans le vert (avec un gain de +1,5% hebdo), une progression de +1% ce vendredi sur l'Euro-Stoxx50 (à 3.743), cela reste plutôt modeste au lendemain de l'enterrement annoncé de la guerre des tarifs douaniers et de la large victoire électorale des conservateurs au Royaume-Uni, qui offre un boulevard au Premier Ministre Boris Johnson 'to get Brexit done'.

Pour la plupart des observateurs, la nette victoire remportée jeudi par le Parti conservateur britannique valide le choix du Brexit et laisse à 'BoJo' les mains libres pour définir sa stratégie. 'La très large victoire de Boris Johnson aux élections britanniques ne laisse plus de doute quant à la volonté des britanniques de quitter l'Union Européenne le 31 janvier prochain', souligne Philippe Waechter, le chef économiste d'Ostrum Assset Management, pour qui 'ce raz de marée des conservateurs est un référendum sur le Brexit et le résultat du 23 juin 2016 est largement confirmé'.

Les investisseurs sont aussi rassurés par Donald Trump, évoquant hier 'un GRAND ACCORD' (sic) dont il serait 'TRÈS proche' (re-sic) avec la Chine. 'Ils le veulent, et nous le voulons aussi !', a tweeté le président américain hier, entraînant de nouveaux records à la clôture de Wall Street - et ce même si l'information n'a pas encore été confirmée par Pékin, qui se montre au contraire très évasif et ne confirme ni n'infirme l'accord de 'phase I'.

Il va forcément y avoir un accord, sinon Trump y perdrait de sa crédibilité, mais c'est peut-être Pékin qui va le signer... à ses conditions.

Côté chiffres 'macro', la Bundesbank réduit de moitié sa prévision de croissance en Allemagne en 2020, de +1,2% à +0,6%... ce qui constitue un simple alignement sur les anticipations d'autres instituts.

Aux Etats Unis, déception côté consommation: la période de Thanksgiving n'a pas été aussi faste que le laissait espérer la de 18% des ventes en ligne.

Les ventes de détail aux Etats-Unis n'ont augmenté que de 0,2% au mois de novembre, d'après le Département du Commerce, là où les économistes visaient en moyenne une hausse de 0,3%, après une hausse de 0,4% le mois précédent.

En excluant le secteur automobile, c'est encore plus décevant: les ventes au détail américaines se accrues de seulement 0,1% le mois dernier, après une progression de 0,3% le mois précédent, tandis que les économistes espéraient en moyenne un gain de 0,2% en novembre.

Du côté des changes, l'euro recule à la marge, de -0,15% à 1,117 dollar. Le Brent, pour sa part, plafonne sous 65 dollars.

Dans l'actualité des valeurs, l'armistice dans la guerre commerciale avec la Chine donne des ailes au secteur auto, avec +2% sur Peugeot, +1,7% sur Renault... mais également aux valeurs du luxe avec Kering en leader avec +2,4%.

Selon l'agence de presse Bloomberg, les constructeurs automobiles Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et Peugeot SA (PSA) entendent signer formellement leur accord de rapprochement la semaine prochaine, sinon d'ici la fin de l'année. En effet, la négociation du protocole d'accord avancerait bien, même si certains obstacles (non cités) doivent encore être surmontés.

A l'issue de la révision trimestrielle de sa famille d'indices CAC, Euronext Paris annonce qu'il intégrera, à partir du lundi 23 décembre, Worldline à ses indices CAC Next 20 et CAC Large 60, au détriment d'Air France-KLM.

Par ailleurs Verallia fera son entrée dans le SBF120, remplaçant Rothschild & Co. Air France-KLM et Verallia seront intégrés au CAC Mid 60, y prenant les places occupées actuellement par Worldline et Rothschild & Co.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.88%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

6024.26 +0.88%
1.1025 0.00%
16.55 -4.61%
36.27 -1.93%
47.385 +0.14%

Les Risques en Bourse

Fermer