1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : fin de séance étrange mais score cohérent avec stats
Cercle Finance17/10/2019 à 18:25

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a bizarrement décroché de -0,3% durant le 'fixing' de clôture, il affiche au final -0,42% à 5.673, de très loin le 'plus bas du jour' alors qu'il avait oscillé entre 14H et 17H30 autour de l'équilibre et affichait -0,1% à 17H29.

Etrange perte de pression en cette veille de la séance des '3 sorcières': les gain du mois d'octobre (contrat PX1 en hausse de +1%) semblaient verrouillés (avec des indices proches des sommets) mais quelque chose n'a pas fonctionné, à la toute dernière minute.

Le CAC40 avait fusé à la hausse vers 11H30 jusque vers 5.737 (nouveau record annuel, et absolu sur le CAC'GR' à 15.562) après que JC Juncker, Michel Barnier et Boris Johnson aient annoncé vers 11H35 qu'un 'great new Brexit deal' a été conclu (aussitôt commenté par Michel Barnier en conférence de presse vers 12H, puis par Boris Johnson en début d'après-midi).

Les 10 députés du DUP (Parti Démocratique Unioniste d'Irlande du Nord) tiennent toujours le sort du nouvel accord dans leurs mains : ils ont par 2 fois en quelques heures affirmé leur opposition au 'deal' qui vient d'être présenté, ils ont été rapidement rejoints par les députés du Labour de Jeremy Corbyn dans leur rejet.

Seul le basculement de quelques députés du Labour samedi (lors de la cession extraordinaire du Parlement britannique) pourrait permettre à l'accord d'être ratifié, en l'état actuel des forces politiques en présence.

Même si ça 'ne passe pas' ce samedi au Parlement UK, Michel Barnier estime cependant qu'un accord ('juste et équilibré' selon Juncker) pourrait être validé d'ici le 31 octobre.

Mais de nombreux scénarios allant du 'no deal Brexit' à un accord à l'arrachée, en passant par une démission de Boris Johnson sont envisageables dans l'intervalle (s'il ne parvient pas notamment à empêcher une poursuite des négociations jusqu'au 31 janvier 2020).

L'Euro-Stoxx50 (-0,3% à 3.595) s'était également envolé vers 3.625 lors de l'annonce avant de repasser dans le rouge en fin de séance.

A Wall Street, la préparation de la séance des '3 sorcières' se poursuit de avec une stabilité du Dow Jones, +0,2% sur le Nasdaq et sur le S&P500 (à près de 3.000Pts) malgré une succession de chiffres décevant cet après-midi.

Aucune réaction négative des marchés US au net recul de la production industrielle de -0,4% le mois dernier.

Les mises en chantier de logements ont diminué de 9,4% en données corrigées des variations saisonnières le mois dernier aux États-Unis, à 1.256.000 en rythme annualisé, là où les économistes en espéraient 1.340.000.

Le nombre de permis de construire, censé préfigurer les mises en chantier futures, a quant à lui reculé de 2,7% en comparaison séquentielle en octobre, s'établissant à 1.387.000, alors que le consensus en anticipait 1.320.000.

L'indice de la Fed de Philadelphie ('Philly Fed') chute plus que prévu de 11,6 à +5,6 sur le mois en cours (le consensus des tablait sur une chute moins sévère de l'indice, vers +9 en octobre).

Le dernier chiffre -très attendu par les spécialistes des commos- c'était celui de l'EIA (Energy Information Administration) concernant les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis.

Ils ont augmenté 3 fois plus que prévu, d'environ 9,3 millions de barils, déjouant un consensus de l'ordre de +2,9 millions de barils.

Les stocks de pétrole US s'établissent ainsi à 434,9 millions de barils et le pétrole recule sans surprise de -1% à 52,8$ sur le NYMEX (il semble protégé par un support vers 52,5$).

Enfin, l'Allemagne vient d'abaisser sa prévision de croissance de +1,5% à +1% en 2020... ce qui paraît au reste difficilement tenable.

Du côté des valeurs, Faurecia (-6,5%) publie des ventes en hausse de 4,3% à 4.185 millions d'euros au titre du troisième trimestre, et en baisse de 3,7% à taux de change constants et hors effet de périmètre de Clarion.

Les ventes de Pernod-Ricard (-4,2%) ont été jugées décevantes au 3ème trimestre.

Rexel (+0,9%) affiche des ventes trimestrielles en progression de 3,3% à 3.422,2 millions, et de 0,9% en comparable et à jours constants, reflétant une forte dynamique au Canada, dans ses pays européens clés et en Chine.

S&P Global Ratings a abaissé sa notation long terme sur Publicis (-1,7%) à 'BBB', jugeant le groupe de communication 'confronté à des défis liés à sa forte exposition aux sociétés de biens de consommation en rapide mutation'.

Casino annonce la signature de promesses de vente en vue de la cession au Groupe Crescendo Restauration de 20 restaurants sous enseignes 'A la Bonne Heure' et 'Coeur de Blé' ainsi que les murs de six restaurants exploités par des franchisés.

Deutsche Bank maintient son conseil d'achat et son objectif de cours de 17 euros sur l'action Orange alors que l'opérateur télécoms français présentera ses ventes du 3e trimestre (T3) le 29 octobre. Il s'agit aussi de la valeur préférée des analystes dans le secteur.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.01%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer