Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

CAC40 : encore de lourds dégagements afin de soutenir WStreet
Cercle Finance21/12/2020 à 18:28

(CercleFinance.com) - Nous venons de subir une Nième édition du principe de l'Europe 'machine à cash' pour les gérants US qui viennent vendre massivement en Europe pour soutenir Wall Street.

Et ça marche une nouvelle fois à la perfection avec des indices US qui subissent désormais une consolidation que l'on peut qualifier de marginale (les Dow Jones cède moins de 0,4%, le S&P500 et le Nasdaq à peine plus de 0,9%) alors que les places européennes ont lâché -2,7% en moyenne après avoir beaucoup moins progressé que New York depuis 1 mois (les indices US en enchainé records sur records, jusqu'à 8 records absolus simultanément sur 8 indices d'actions différents jeudi dernier).

La Bourse de Paris chute de -2,4% (le CAC40 limite toutefois la casse avec 5.393 au final contre 5.510 vers midi et 5.340 vers 16H15.

Par ailleurs, l'E-Stoxx50 plonge de -2,75% (3.448) dans le sillage de Francfort -2,8% (le DAX qui a enfoncé durant plusieurs heures le support des 13.200Pts, avant d'en terminer à 13.246).

L'un des titres les plus suivis ce lundi, c'est Tesla qui chute de -5 à -6% (il reperd ses gains de vendredi) après avoir enregistré 148 milliards de transactions vendredi (soit 30 séances moyennes du CAC40), c'est à dire bien plus que ce qui a été négocié lors des séances les plus actives de l'histoire de Wall Street, sur l'ensemble des valeurs du S&P500, début mars 2020.

Mais au-delà du score algébrique, et du plus lourd repli intraday observé depuis fin août, c'est le type de cassure -en 'gap' baissier- et l'ampleur du repli initial (-2%) qui doit être bien analysé: il ne fait aucun doute que la FED a tout fait (en injectant 120Mds$ pour Wall Street à 10 jours des 'sorcières') pour que les indices soient arrachés à la hausse vers la stratosphère boursière, en contradiction avec tous fondamentaux, propulsant les valorisations en territoire inconnu depuis décembre 1999.

Les marchés semblent soudain tétanisés d'apprendre que le Covid aurait muté (1ers cas identifiés en Angleterre, un pays qui se retrouve totalement isolé du monde en 24H) alors qu'un virus qui ne mute pas... ça n'existe pas !

Car il n'y a pas que les pays européens qui ont annoncé ce week-end qu'ils avaient décidé de suspendre les transports en provenance de Grande-Bretagne afin d'enrayer la propagation d'une nouvelle variante du coronavirus, baptisée 'VUI-202012/01' : Hong Kong n'accepte plus le retour au pays de passagers qui auraient fait un simple 'stop' (transit) de plus de 2 heures dans un aéroport britannique.

Au vu des sérieuses craintes entourant le développement de la pandémie en cette période de fêtes et des négociations autour du Brexit qui apparaissent par ailleurs au point mort, il paraît difficile que les Bourses européennes connaissent une fin d'année positive.

Traditionnellement, les marchés boursiers progressent pendant les dernières semaines de l'année et les premières du nouvel exercice, un phénomène connu sous le nom de 'rally de fin d'année' ou de 'rally de Noël.'

Le marché parisien affiche toutefois une progression de 15% sur les trois derniers mois, ce qui lui a permis d'effacer une grande partie de ses pertes liées à la crise du Covid. Depuis le début de l'année, le CAC 40 ne cédait plus que 7% vendredi... mais exprimé en Dollar, il affichait encore +3%... cet avantage est parti en fumée en moins de 2 heures ce matin.

Problème, l'indice vedette de la Bourse de Paris ne progresse plus depuis la fin du mois de novembre et son mouvement de consolidation a de bonnes chances de se poursuivre au cours de la trêve des confiseurs.

Alors que la semaine boursière sera écourtée en raison de Noël, les investisseurs pourraient être tentés de boucler leurs comptes dès les prochaines séances, avant d'amorcer un nouveau départ en 2021.

Parmi les potentiels catalyseurs de marché se trouvent néanmoins l'autorisation du vaccin de Pfizer par l'Union européenne. On attend également l'éventuelle finalisation d'un accord sur le Brexit et le vote d'un nouveau programme de stimulus budgétaire aux Etats-Unis.

L'attention du marché sera entièrement tournée vers de possibles bonnes nouvelles, alors que le calendrier économique de la semaine s'annonce allégé.

A l'agenda de lundi, on vient de prendre connaissance de l'indice d'activité de la Fed de Chicago qui sans surprise, a chuté en décembre à 0,27 après 1,01 en novembre (tout comme l'Empire State, puis le Philly FED).

Cette semaine figurent la confiance des consommateurs du Conference Board mardi, les revenus et dépenses des ménages américains mercredi et les commandes de biens durables jeudi.

A noter également le décrochage de -4% du pétrole 'Brent' qui a même lâché jusqu'à -6% à 49,2$ et finit juste au-dessus des 50$ à Londres, le $ se redresse symétriquement de +0,3% vers 1,235/Euro.

A Paris, les valeurs bancaires et les foncières perdent entre -5 et -8% (Sté Générale à -5,2%, BNP-Paribas à -4,2%, AXA plonge également de -4,5%) alors que le risque de faillites ressurgit -et les non paiements de loyer également- avec des mesures de confinement et de télétravail qui risquent de se prolonger jusqu'à la fin de l'hiver.

On retrouve en queue de peloton des valeurs parapétrolières à -6% (Vallourec et Technip) alors que le baril WTI plonge de -4,5% à 46,9$. Le titre Total perd également près de -3,7%.

iliad annonce que suite au succès de son offre publique d'achat (OPA) sur l'opérateur de télécommunications polonais Play, il procèdera le 23 décembre au retrait obligatoire de toutes les actions Play qui n'ont pas été apportées à l'offre.

Eurazeo Patrimoine annonce un accord d'exclusivité avec Elsan en vue de la cession de sa participation dans C2S, groupe multirégional de cliniques généralistes, qui compte 17 établissements dans les régions Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne Franche-Comté. Le produit de cette cession serait d'environ 400 millions d'euros pour Eurazeo (-2,5%).

Unibail-Rodamco-Westfield (-4,7%) va vendre les immeubles de bureaux Village 3, 4 et 6 à La Défense. Le prix de cession net total est de 213 millions d'euros. Les transactions devraient être clôturées au premier trimestre 2021.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.06%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • TATABANK
    21 décembre20:15

    c'est ce que je disais voici plusieurs mois ...ensuite on subira les ventes de Wall Street..ça peut nous faire un dow sous 20000 et un cac à 3500/3600

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer